Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 13:36

Petit changement dans ce blog. Aujourd'hui , l' article n' est pas d' Olivier, mais de Marianne , sur un sujet qui m' a beaucoup interpellée depuis que nous sommes à La Réunion et que je cherche dans les bibliothèques des récits sur cette île.

Le 18 février 2014 une résolution mémorielle ayant trait " aux Réunionnais exilés dans les années 1960-1980 " présentée par la députée réunionnaise Ericka Bareigts a été votée à l' Assemblée Nationale.

Entre 1963 et 1982 (soit 19 ans), plus de 1600 enfants réunionnais ont été transferrés en métropole dans 64 départements, en particulier dans la Creuse .

A cette période, La Réunion étant confrontée à une grande précarité et une démographie galopante, une politique de transfert de populations vers des départements victimes de l' exode rural en métropole est initiée par Michel Debré, député de La Réunion, via le Bumidom, Bureau pour le développement des migrations dans les départements d' outre-mer. Des propositions de contrats de travail ont été faites à des adultes dans ce cadre mais ils ont eu aussi l' idée d' envoyer des enfants seuls en métropole.

Les enfants de la Creuse et d' ailleurs

Les enfants ainsi transferrés étaient reconnus pupilles mais souvent sans le réel consentement de leurs parents, ils n' étaient pas tous orphelins ou enfants abandonnés.

Arrivés en métropole ces enfants étaient adoptés ou placés dans des foyers de l' enfance puis des familles qui les ont parfois aimés et bien traités bien sûr, mais ils ont aussi dans d' autres cas bien trop fréquents été maltraités , abusés sexuellement, exploités, victimes de racisme, parfois traités comme des esclaves et trop souvent ignorés par les services sociaux. Des promesses de retour pour les vacances, de formations professionnelles n' ont pas été tenues. Les liens familiaux ont été brisés, des fratries séparées. Les parents demandant des nouvelles de leurs enfants placés en France n' ont pas obtenu de réponses.

Les enfants de la Creuse et d' ailleurs

Cette affaire a été révélée en 2001 à l' occasion de la plainte contre l' état déposée par Mr Jean-Jacques Martial qui a été placé dans une famille d' accueil dans le département de la Creuse en 1966 à l' âge de 7 ans, après avoir été enlevé à sa famille. Il décrit dans son ouvrage l' incompréhension, la douleur, la tristesse d'être arraché aux siens , l' impossible adaptation dans un pays où il ne connait personne, avec une langue,un climat et des habitudes de vie différents de son île natale.

La loterie du placement lui a été une fois favorable, la famille chez qui il a été placé initialement était bonne pour lui et des liens d' affection se sont noués , mais il a été une nouvelle fois arraché à cette vie pour entrer dans une famille adoptante qui sera maltraitante et il subira des viols.

Adulte, il entreprend des recherches et apprend qu' il a une famille à La Réunion, que personne n'a expliqué à cette famille la cause de sa disparition , que ses parents ont fait des recherches...sans succès. Mais la-bas,personne ne l' a oublié...

Sa plainte contre l' état n' a pas abouti , mais elle a permis par le biais des médias de faire connaître cette bien triste page de notre histoire afin qu' elle soit reconnue et inscrite officiellement dans l' Histoire de la France grâce à cette résolution.

Oui, pour certains, ces transferts ont été la chance qui leur a permis de sortir de la misère, mais il aurait fallu que les services sociaux soient plus attentifs aux situations des familles de La Reunion et de celles des lieux d' accueil en métropole. Avec le recul, il apparait plutôt qu' il fallait déplacer des enfants comme s' il ne s' agissait pas de personnes et que la méthode importait peu.

Alors oui, cette résolution mémorielle est necessaire pour reconnaitre la realité de la souffrance des enfants arrachés à leurs familles et de ces familles trompées par l' état.

Merci aux députés qui l'ont votée, et honte à ceux qui ne l' ont pas fait ...

Partager cet article

Repost 0
Published by marianne - dans La di la fé....
commenter cet article

commentaires

roche marie-noelle 07/03/2014 09:29

Triste histoire que le sort de ces enfants de la Réunion,il y avait une maison également à proximité de Béziers.Sous de bons élans on voit percer le besoin de natalalisme: curieuse idéologie de Debré.A vomir. J'espère que ces enfants auront pu se reconstruire. Amitiés Marie-No.