Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 14:50

Un titre ambigu, comme les sentiments contrastés qui nous animent au retour d'Afrique du Sud...

Comme attendu, on revient, bien sur, les yeux pleins de la magie des grands espaces ..

Le malaise et la grâce.....

La terre rouge d'Afrique est baignée en cette saison hivernale d'une lumière caressante...

qui fait oublier les petits matins frisquets (ne pas oublier à cette saison que s'il fait 20 à 25° le jour, les nuits sont..glaciales!)

Le malaise et la grâce.....

Les grands parcs de l'est du pays , brulés par le soleil de cette saison sèche, offrent la sensation d'être aux débuts du monde...

Alors, pourquoi parler de malaise ?

C'est que le paysage urbain à l'arrivée...est.... impressionnant.

Ce grand pays moderne aux cités immenses (Johannesbourg est au centre d'une métropole de 7 millions d'habitants) montre un contraste douloureux entre les quartiers blancs aux maisons forteresses barricadées et grillagées dans des larges avenues ultra-modernes ...

Et d'un autre coté les immenses townships, qui même si ils sont de plus en plus souvent en briques et non plus en tôle ondulée... sont à des années lumières de la vie des quartiers blancs...

On croise dans les lieux "favorisés" (avions, lodges de tourisme, magasins modernes...) une sur-représentation criante de la minorité blanche, (9% de la population faut-il le rappeler..), visiblement non en proie au doute, sûre d'elle et de ses privilèges..

Et l'on a le sentiment aigu..que l'Apartheid , s'il n'est plus législatif par des lois scélérates et indignes, n'a pas disparu....

La ségrégation., elle est toujours là... socio-économique.. avec des inégalités gigantesques qui perdurent et une majorité noire qui ( en dehors de l'émergence d'une petite bourgeoisie noire) regarde les fruits de la croissance de l'autre coté d'une barrière invisible...

Le malaise et la grâce.....

L'Afrique du sud de la majorité noire, est à mille lieues des grandes avenues modernes et rutilantes... elle est toujours dans des townships (ici avec des cases plus espacées qu'à Johanesbourg parce que c'est une petite ville en bordure du parc Kruger)

Le malaise et la grâce.....

Et les gens vivent de débrouille dans des cases bricolées aux portes des villes utra-modernes au confort insolent..


Alors, la violence....(braquages à mains armées, meurtres, taux record de viols, émeutes xénophobes récentes envers les immigrés venus des autres pays d'Afrique) ... bien sur, elle est là.. ça n'est pas très étonnant.... et elle alimente tout un business de l'insécurité avec des maisons forteresses et des armes en circulation, (on nous a demandé à chaque entrée de parc si nous avions des armes à feu..on a éclaté de rire la première fois..puis on nous a expliqué que c'est très sérieux..il en circule beaucoup...les sud-africains sont bien souvent armés..)

Seulement le truc, c'est que c'est une violence urbaine...

Le malaise et la grâce.....

Notre voyage dans les grands espaces en dehors des villes...n'a rencontré aucun sentiment d'insécurité, et bien au contraire, nous n'avons croisé que des sourires..

Et, maintenant....après le malaise...la grâce...

Le but de notre voyage, c'était les grands parc animaliers de l'est du pays....

Et là, il n'y a pas de d'autres mots pour dire l'émotion de la rencontre avec les animaux d'Afrique

Au fil des kilomètres sur les pistes...au détour d'un virage, dans cette lumière incroyable, les rencontres sont..magiques...comme en témoignent quelques exemples ..

Elégantes girafes aux mouvements mesurés, comme au ralenti...

Le malaise et la grâce.....

Graciles et aériennes impalas semblant à peine toucher le sol...

Le malaise et la grâce.....

Surprise d'une antilope plus rare, comme ici, le damalisque..

Le malaise et la grâce.....

Ou l'animal fétiche de Marianne pour lequel elle irait au bout du monde, et c'est d'ailleurs ce qu'on a fait ;-)

Le malaise et la grâce.....

Instants de grâce....

Et ce mot qui s'est imposé à moi au fond du bush africain, m'a fait avoir une pensée pour ma grand-mère qui me l'a appris..

Elle y mettait le sens premier du mot grâce, celui d'une intervention du divin, ce que ne peut faire l'athée que je suis..

Cependant devant l'irruption d'une antilope au bord de la piste, dans une lumière rasante de début du jour, j'ai ressenti ce qu'elle voulait dire...

Elle à qui la vie n'avait pas fait de cadeaux... mais qui savait néanmoins recevoir ces instants de bonheur pour occuper la place que prendraient sinon le chagrin et les regrets..

Elle qui m'a appris à les voir....les instants de grâce...qui font que le monde est supportable..

Et c'est ça , je crois, qu'on va régulièrement chercher au bout du monde...

Allez, Nour Ar Trouv, et à bientôt, pour d'autres images africaines...

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Afrique du Sud
commenter cet article

commentaires