Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après unanatahiti, voici omalareunion : les nouvelles aventures des quinquas sous les tropiques...

La route des Indes (3) : les fleurs de Pondichéry...

Pour un premier contact avec  une ville indienne, le choix de Pondichéry, (pardon Puducherry du nom indien dont elle a été rébaptisée ),  est sans nul doute un bon choix.

Ville à taille humaine, loin des mégalopoles impressionnantes comme Madras (lieu de notre atterrisage)  que le voyageur novice appréhende par la densité humaine,  la misère des bidonvilles et les records du monde de pollution.... Pondichery  a la particularité d'avoir un vrai centre ville ou sont concentrés les centres d'intéret... ce qui fait qu'on peut tout y faire à pied sans aucune appréhension ou besoin d'aide.

Endroit particulier pour les touristes francophones, car  il s'agissait du comptoir français de la compagnie des Indes Orientales, petit territoire autonome au milieu  des Indes anglaises (comme Goa pour le Portugal) dont le retour dans le giron de la république indienne  s'est fait avec un temps de retard en 1954 (7 ans après l'indépendance britannique).

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Administrativement il s'agit toujours d'une enclave spécifique dans ce qui s'appelle le "territoire"  de Pondichery . Il ne s'agit pas d'un état autonome comme le Tamil Nadu qui l'entoure, mais d'un "territoire de l'union" indienne qui est administré par le gouvernement central .

Ce "territoire" comporte 4 districts éclatés tout le long de la côte indienne correspondant aux sièges des ex-comptoirs français et il est bien connu des indiens... comme bénéficiant d'une fiscalité très avantageuse : c'est là qu'il faut venir faire ses achats (l'équivalent de l'Andorre, en quelque sorte !).

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Ce passé d'ex-colonie française reste bien visible dans l'architecture  du quartier "colonial" avec de belles avenues et bâtiments rutilants comme ici le lycée français, un imposant monument aux "morts des Indes françaises" pendant la guerre de 14-18, l'alliance française (ou les guides apprennent le français !)  etc...

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

C'est qu'ici, on parlait français comme l'indique encore le nom des rues du quartier en question, et les gens.. avaient la nationalité française y  compris les indiens nés ici, dont 30000 sont partis pour la France à l'indépendance !

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Mais le centre ville réserve ensuite d'autres ambiances comme ici le paisible quartier musulman étonnant par son calme , insolite pour une ville indienne, avec des maisons au style .. New Orleans !

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Puis,  bien sur, la partie indienne de la ville ou l'on  retrouve les temples et leurs gopurams multicolores dont je vous ai  déja parlé...

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Là, l'ambiance change complètement et l'on retrouve une animation fiévreuse, avec toute une vie bruyante et colorée et des boutiques en tout genre... où l'on peut tout trouver (même un maillot de bain pour Marianne, dépourvue de cet atour qu'elle avait oublié en faisant ses valises).

Intéressante d'ailleurs, la mode des maillots de bains indiens... car la pudeur reste importante, il ne faut pas trop en montrer,  les bikinis n'étant pas encore d'actualité ! Malheureusement une censure sans appel de la part de Marianne ne me permet pas de mettre de photos dudit maillot pour illustrer mon propos sociologique ;-)

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Dans les pays lointains, les visiteurs sont toujours attirés par les marchés  où les attendent les couleurs et les riches odeurs des épices... Il faudrait un article spécial pour parler de la réelle découverte qu'est la gastronomie indienne .. et ses saveurs épicées me réconciliant aves les plats végétariens (omniprésents ici..).

Les étals se succèdent avec les signes d'une autre vie que la nôtre

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Fruits et légumes de ce pays particulièrement orienté vers la cuisine végétarienne

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

On retrouve les feuilles de betel,  que nous avions déja vues en Asie du Sud Est, que l'on mâche pour ses propriétés psychostimulantes et qu'on recrache ensuite sous une forme relativement infâme...

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Mais ici,  on trouve des étals au charme particulier ou l'on vend ... des fleurs utilisées pour toutes les fêtes ou les occasions religieuses... Et je trouve qu'un étal de fleurs... c'est ...  je ne sais pas... serein.

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Il en résulte de riches parures décoratives qu'on peut acheter toutes faites...

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

ou que l'on fait  devant vous !

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Tout peut d'ailleurs se faire devant vous , comme  les tailleurs sur le bord du trottoir qui vous fera le vêtement que vous voulez.. sur mesure !

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Et l'on repart ensuite en balade, le moyen le plus utilisé étant le deux roues, optimisé pour circuler  en couple, avec les belles élégantes en sari, quand ce n'est pas en famille !

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

La destination familiale du dimanche : le front de mer, face au golfe du Bengale , non pour s'y baigner (impraticable)  mais pour y prendre l'air du large en famille au bord d'une large avenue ... qui devient piétonne le dimanche , comme le Barachois à Saint Denis ;-)

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Et les scènes de vie nous montre le vivre ensemble du sud du Tamil Nadu, où,  nous a t'on dit,  les tensions entre les deux communautés musulmanes et hindoues attisées actuellement par le parti nationaliste au pouvoir, sont ici plus sereines..

Et effectivement une maman musulmane peut venir tranquillement acheter une babiole pour son fiston à une vendeuse hindoue...

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

De quoi mettre du baume au coeur du  Mahatma Gandhi,  qui surveille tout ça depuis la statue qui domine l'avenue, lui que l'histoire dit à jamais meurtri de la façon sanglante entre les deux communautés dont s'était conclue l'indépendance à laquelle il avait consacré sa vie.. et sa doctrine de non violence..

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Le crépuscule pare d'étranges couleurs le décor (insolite dans ce pays) de l'eglise Notre Dame des Anges, survivante de la présence française avec toujours une communauté catholique qui assiste  a une messe en deux langes, francais et tamoul !

La route des Indes (3) : les fleurs  de  Pondichéry...

Dans un prochain article, on partira en balade dans la campagne tamoule aux couleurs de la fête de la moisson  que le hasard a mis sur le calendrier pour  notre passage.. Mais déja devant la pension, tous les matins pendant les  4 jours de la fête,  on a pu voir les savantes décoration mathématiques ornant le seuil des maisons, les korams... avec les artistes à l'oeuvre ( à suivre..)

Pooittu warrän  !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article