Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 05:59

Après une année 2015 particulièrement faste, l'agence DAILLIE FAVRE enregistre cette année une baisse des réservations sur sa destination Réunion...

Nous avons donc décidé de ne pas nous endormir sur nos lauriers et de lancer un événement fortement médiatisé et porteur de nouvelles opportunités : le Rancourt Tour !

Pour cette première édition en 2016, nous avons accueilli avec tous les honneurs dûs à son rang l'ainée des Rancourt et lui avons proposé notre célèbre tour de l'ile, à charge pour elle d'en faire un reportage photographique destiné au blog !

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Le programme débute toujours en douceur, après un long vol de nuit, par une ballade au milieu des cases créoles du vieux Saint Denis qui ne laissent pas indifférente la décoratrice... toujours aux aguets, même en vacances !

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Le lendemain, l'indispensable étape "cascade" s'est enrichie cette année du bassin des Aigrettes à Saint Gilles, plus facile à caser au retour de la plage, car toute proche, mais avec toujours l'ambiance jardin d'Eden au rendez-vous (même si c'est assez couru au niveau fréquentation..)

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Ensuite, le tour de l'ile commence par l'Est et son ambiance tamoul qui surprend toujours les visiteurs, surpris de cette ambiance venue d'Inde, dans le fief malbar de Saint André...

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Vous le savez, maintenant.... l'âme de la Réunion se trouve dans ses cirques , et nous sommes toujours fiers d'emmener les visiteurs vers notre grand coup de coeur à Grand Ilet , et ses quelques cases perdues loin du monde... d'ou l'on peut voir à quelques minutes d'intervalle d'abord le panorama sur tout le cirque de Salazie...

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Et de l'autre coté de la crète le mystérieux cirque de Mafate et son ambiance de monde perdu...

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

.

Sur le bord du chemin, les petits oratoires dédiés au culte secret de saint Expedit achèvent de convaincre la visiteuse qu'elle est au bout du monde...

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

.

Moins perdue, mais avec une poésie qui lui est propre, la bourgade d'Hell Bourg offre le charme de ses cases colorées et de sa végétation exotique comme ici les mythiques fleurs de Passiflore..ainsi nommée parce que les missionnaires , émus de sa beauté et perdus dans leur métaphysique, y voyaient une allégorie de la passion du Christ !

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Le programme prévoit une étape méditative dans les reflets mélancoliques de la mare à Poule d'Eau.. avant de se replonger dans l'agitation de la côte.

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

.

Destination ensuite, le Sud sauvage et ses clichés de carte postale restés à l'écart des flux touristiques mais en plein coeur de la gentillesse de l'accueil créole..... dans la région de Saint Philippe

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Les falaises escarpées surplombant l'océan Indien se succèdent, toutes plus spectaculaires les unes que les autres, comme ici à Petite Ile ....

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Et si l'on a la chance de tomber sur une période forte houle..le succès est garanti et il faut arracher la visiteuse au spectacle hypnotique des rouleaux déchainés pour pouvoir poursuivre la route ...

"Encore un peu...Non, mais tu as vu ce bleu !

Oui, je sais...Allez, Claire, on y va, on a encore de la route !"

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

En pour finir, à tout seigneur....

La route du volcan et l'arrivée à la plaine des sables et son ambiance "Mars Explorer" ne manquent jamais de déclencher une forte réaction chez les visiteurs... et nous...on ne s'en lasse pas!

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

.

Une courte ballade de 45 mn par le sentier du Tremblet permet d'éviter les fréquentes foules du parking du pas de Bellecombe et de vous asseoir seuls face au volcan qui se révèle à votre disposition exclusive, le temps de faire provision de souvenirs indélébiles dans la lumière du couchant...

Le premier Rancourt Tour à La Réunion....

Et on reste avec la belle rencontre de notre ile et d'une certaine idée du chic parisien dont le charme reste inimitable.....

2 mondes sont tombés sous le charme l'un de l'autre et ont fait de ce premier Rancourt Tour 2016 un moment précieux...

Vivement un autre !

Repost 0
Published by olivier et marianne
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 16:23

J'espère qu'il reste encore des lecteurs qui viennent pour La Réunion, délaissée dans les articles du blog depuis quelques temps...

C'est vrai qu'on vit ici depuis...plus de 6 ans déja !

Que ce sont souvent d'autres voyages qui alimentent ce blog,

que j'oublie parfois l'appareil photo avant de partir en balade, etc...

mais La Réunion reste un beau sujet...et elle est de retour !

Après 6 ans, des redites sont inévitables sur des lieux que nous avons déja vu..

Devinette pour les lecteurs de vieux articles...(je n'ai pas dit les vieux lecteurs !)

Reconnaitrez vous ce joli village des hauts de l'ouest ?

Le retour des balades à la Réunion...

Vous ne voyez pas ?

C'est l'Entre Deux !

Adorable village créole, caché au pied de ses montagnes, culminant avec le Dimitile qu'on voit sur la photo (la ligne de crête qui nous sépare du cirque de Cilaos, est le but d'une balade célèbre dans l'ile, mais ... redoutée, le sentier Bayonne..)

Le retour des balades à la Réunion...

A l'écart des flux touristiques il fait bon y flaner à la recherche de ses cases colorées cachées dans une végétation luxuriante et fleurie...

Le retour des balades à la Réunion...

Sauf si la case créole est un petit resto sympa qui veut être visible de la rue..

En dehors des grandes randonnées à l'assaut du Dimitile dont l'Entre Deux est le camp de base (bon, d'accord ce n'est pas l'Everest quand même !)

Il y a aussi de petits sentiers sans difficulté importante d'une heure ou deux, tout autour du village, quand on veut prendre l'air sans flirter avec ses limites..ce qui est plutot notre genre !

Le retour des balades à la Réunion...

Première option : descendre dans la verdure suivre le lit d'une petite rivière pour tester ses produits anti-moustiques et réviser sa botanique tropicale, comme ici..le papyrus !

Le retour des balades à la Réunion...

.

Le but est petit bassin perdu, la bassin Sassa noyé dans la végétation exubérante, bien rare dans l'ouest, avec sa petite cascade au clapotis apaisant...

Le retour des balades à la Réunion...

.

Autre choix, monter sous les frondaisons en direction du coteau sec, un des bords du village

Le retour des balades à la Réunion...

On y retrouve nos compagnons de balades familiers, qu'ils soient à plume...

Le retour des balades à la Réunion...

ou à écaille !

Le retour des balades à la Réunion...

Et arrivé en haut du coteau...on domine tout le village blotti entre ses montagnes et gardant le secret de son charme paisible bien à l'écart des flux touristiques..

L'Entre Deux une étape à cocher lors d'un séjour ici !

Allez, Nou Ar Trouv...

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans L'ouest
commenter cet article
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 16:35

Je ne sais pas si les fidèles lecteurs de ce blog tiennent compte ou non de nos coups de coeur cinéma (?), eux qui viennent pour voir des photos tropicales...

Mais pour une fois, arretez vous a lire la critique ciné :

Ce film est.... extraordinaire

Un film totalement inattendu dans la filmographie éclectique d'Anne Fontaine (rappelez vous ; Nettoyage a sec, Nathalie, Perfect mothers, Gemma Bovery..) marquée par la finesse de ses portraits de tourments amoureux et son sens de l'humain..mais comment dire...

sans que ses films creusent un sillon bouleversant au plus profond de vous..

Ce qui est le cas pour "Les Innocentes"

Déja , le film de l'année...?

L'affiche, magnifique, le suggère très bien..

C'est une épure , pudique et toute en nuance, au plus intime de la sensibilité féminine..

Un film de femmes qui ont des choses bouleversantes à dire sur un monde d'hommes, aveugles, sourds et destructeurs..

Ou l'on redécouvre que le mot humanité, mis à mal (aujourd'hui comme hier) par la gent masculine, est bien à mettre au féminin..

L'histoire ?

La rencontre de 2 mondes aux antipodes l'un de l'autre..

Déja , le film de l'année...?

Un couvent de religieuses polonaises en 1945, à l'écart du monde dans une règle inflexible ..ou la violence et la guerre ont fait une intrusion destructrice ayant figé ces femmes dans une souffrance muette et indicible...

Déja , le film de l'année...?

Une jeune interne matérialiste et renfrognée engagée dans la croix-rouge, grandie dans une famille ouvrière à l'école du communisme..

Déja , le film de l'année...?

Appelée presque par hasard au chevet des soeurs...

D'abord réticente à ce monde qui n'est pas le sien...Elle va etre bouleversée par l'abîme de détresse qu'elle va découvrir

Déja , le film de l'année...?

Et 2 mondes vont se rencontrer, s'écouter...et apprendre à aller au delà de leur différences vers l'essentiel, que les femmes ont au plus profond d'elles et que les hommes piétinent :

La vie....

Déja , le film de l'année...?

Et au delà de la noirceur..il y a la lumière...

Bien sur, si un film vous touche au plus profond, c'est qu'il réveille en vous des histoires...et ce couvent marqué du sceau de l'infamie a certainement évoqué en mois la bourgeoisie de campagne des années 1920 ou la naissance d'un enfant sans père figeait également à jamais une famille dans l'indicible...

mais quand même.. je suis certain que tout le monde ne peut qu'en etre remué

"Les Innocentes" un film épuré, pudique, et sans pathos qui dit des choses essentielles...

Et avec une vraie fin...saisissante... et qui résonne longtemps en vous après que les lumières se soient rallumées...

Courez y !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans cinema
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 07:43

Un voyage éclair pour un congrès de gastro à Amsterdam est quelque chose de psychologiquement compliqué....

Déja parce que se télescopent les images d'un séjour précédent il y a 20 ans avec Marianne ..et que cette fois..

Elle n'est pas là...

Et puis, si le congrès est passionnant ce qui fait qu'on y est assidu..

et si pour des raisons techniques, on ne peut pas rester 1 ou 2 jours de plus...

Et bien, il ne reste qu'une balade de 3 heures pour partir au fil des canaux s'imprégner de l'atmosphère si particulière de cette ville et vous en proposer une esquisse tragiquement réductrice, tant il y a à voir !

Un printemps à Amsterdam...

C'est une ville ou la voiture est reléguée à faire de la figuration et donc où tout se fait à pied (ou en vélo bien sur, ils sont bien plus nombreux que les voitures!)

Si l'on a la chance d'y etre un jour de semaine hors vacances scolaires, cette ville pourtant hypertouristique se révèle en fait intimiste et vous offre ses canaux et leur ambiance d'un autre siècle comme un cadeau rien que pour vous...

Un printemps à Amsterdam...

Les façades multicolores des maisons aux fenêtres sans volets dégagent une poésie immuable avec l'impression rare que rien n'a changé en 20 ans.. et la sensation pour un instant que peut-être... vous êtes toujours le même que la première fois que vous y êtes venu...

(cherchez une autre ville qui vous laisse cette impression !)

Les façades dégagent avec leurs maisons de guinguois une impression baroque qui, je ne sais comment dire.. est humaine par rapport à toutes ces villes impeccables ou tout est bien trop régulier, droit et lisse...

Un printemps à Amsterdam...

La comparaison ultra rabachée avec Venise revient s'imposer à chaque nouveau pont révélant un autre petit canal secret, même s'il n'y a pas cette ambiance mélancolique de fin d'un monde propre à Venise mais plutot un hymne à un confort bourgeois et humaniste à la fois...

Un printemps à Amsterdam...

Chaque boutique vendant souvent des produits de bric et broc ou chaque vieux café semble sorti d'une autre époque et on se dit qu'en 2016, la bohème de l'ami Charles ....

Ca serait peut-être plus à Amsterdam qu'à Paris..

En moins d'une demi-journée, un choix muséologique cornélien est à faire entre le génie de Van Gogh et la magie de la lumière des maitres flamands...

J'ai choisi le Rijkmuseum parce que encore 20 ans après ma première visite je n'ai jamais oublié le choc que m'a procuré la peinture de Rembrandt...

Un printemps à Amsterdam...

.

Alors.... un humble hommage au maitre de la lumière et à son art tout a fait extraordinaire de peindre...l'âme des gens,

Comme si on lisait en eux ...

Ainsi en est-il dans cet autoportait de lui, vieillissant , génie marqué comme tout un chacun par les épreuves de la vie

Et puis, au bord d'un canal, il y a la rencontre avec elle...

Anne Franck....

Un printemps à Amsterdam...

En visitant sa maison, on ressort saisi par sa troublante prophétie d'ado assassinée :

" Je ferai entendre ma voix au monde entier

et j'oeuvrerai pour l'humanité"

Au dela des clichés des Coffee shops et du quartier rouge...

Amsterdam... une ville qui touche en plein coeur !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans tourisme scientifique...
commenter cet article
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 12:36

Il y aurait beaucoup à dire après ces évènements bruxellois..mais il faut que ce blog assume sa raison d'être qui est que les gens viennent ici pour une bouffée d'ailleurs... (ce que recherche bien sur aussi l'auteur de ces lignes !)...

Comme le dit, dans "la Libre Belgique", une très émouvante lettre ouverte d'un père à son futur fils qui lui exprime ses doutes sur le monde qu'il va lui offrir

( ce qui est bien la souffrance de gens de notre age qui rêvaient pour leurs enfants d'un monde en paix..alors que l'Europe qui a cru pouvoir afficher sa superbe et rester à distance du reste du monde.. est rattrapée par la réalité..)

Après avoir exprimé sa souffrance de faire naitre son fils dans un tel monde et exprimé qu'il lui faudra "parfois te mentir un petit peu pour t'apprendre à aimer cette vie",

Ce papa conclue :

"Aujourd'hui j'ai réalisé que je passerai dorénavant ma vie à te faire aimer la terre, les arbres, les fleurs, le soleil, mais aussi les nuages, le vent et la pluie.."

C'est un peu ce que veut faire le blog aujourd'hui....

Or donc, apres la découverte des montagnes du pays Shan, il nous fallait revenir à Mandalay et nous avons eu la bonne idée de le faire par le train..

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

Un tel trajet se fait dans une ambiance délicieusement désuète, à commencer par les 3 heures de retard "règlementaires"...

Les arrière trains occidentaux se voient chaudement recommander la Upper class pour éviter les sièges en bois du train cahotant et aux suspensions ... à la retraite !

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

A la vitesse ou il va, le train est une fenetre ouverte sur la campagne birmane et la vie au Myanmar..

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

On voit defiler les paysages montagneux et leur brumeuse ambiance asiatique

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

Les rizières au décor exotique, tapies entre les collines

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

Les travaux des champs...

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

La toilette, toujours aux heures chaudes, parce qu'en montagne en hiver..

brrrr... !

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

Pour donner une petite décharge d'adrénaline aux voyageurs, la voie ferrée traverse une vallée de 300 m de profondeur sur le viaduc de Goktiek ..

Et, vu du train qui passe dessus..c'est impressionnant, d'autant qu'il ne se presse pas particulièrement et qu'on reste donc de longues minutes sur le viaduc avec le vide de chaque coté !

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

Comme c'est bien organisé (!)

On traverse le viaduc au coucher de soleil et on peut voir sur la muraille opposée..

l'ombre du train suspendue au dessus du vide...

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

Avant de revenir à Mandalay, on fait étape à Pyin u Lwin (prononcer ... Pillline iou Lin)

petite ville de garnison sans point d'interet notable...

ormis un endroit charmant : le parc botanique de Kandawgyi

qui peut parait il etre bondé le week end

mais nous a offert en semaine une visite zen et silencieuse avec une belle lumière d'hiver

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

Tout y dégage une ambiance sereine et contemplative...

Rêveries birmanes (7) : le Mandalay Express

Et j'espère vous laisser pour finir, avec la sensation de légèreté et d'apaisement que nous y avons ressenti...

Pyan do mai !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Myanmar
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 15:12

"Tu vas me revoir, mademoiselle Bruxelles,

Mais je ne serais plus tel que tu m'as connu..

Je serai abattu, courbatu, combattu..

Mais je serais venu.

Bruxelles, attends..j'arrive !"

Dick Annegarn

Bruxelles, ma belle...

Comme il y a 5 mois...

Désarroi, douleur, colère et sentiment d'impuissance...

Le blog offre son émotion à cette ville présente dans nos coeurs et dans nos souvenirs ... et la promesse d'y revenir un jour prochain..

Les assassins ne casseront pas le lien qui nous unit à cette ville et les belles choses que nous y avons vécu !

Repost 0
Published by olivier et marianne
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 14:39

Mingala ba !

De Mandalay, part vers le Nord Est, en direction de la Chine, une route mythique, la Burma Road..

Dans le passé route stratégique lors des conflits avec les japonais puis lors de la guerre civile chinoise..elle reste sulfureuse, traversant plus au nord le pays des rubis, des pierres de jade, et de l'opium avec des cargaisons sans doutes pas toujours avouables...

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Nous n'en verrons que la première partie s'élevant doucement vers les montagnes en direction de notre destination Kyauk Me (prononcer Tchiaumé..) au rythme des camions pétaradants en chemin pour leur longue route vers la Chine..

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

.

En chemin, pour ceux qui comme moi se demandaient à quoi ressemble le précieux bois de Teck, un des trésors ( en péril..) de l'Asie du Sud Est.. le voici au bord de la route...

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Kyauk me se révèle une petite bourgade rurale à l'écart des sentiers touristiques, point de départ de belles balades dans les villages des montagnes environnantes, ou les temperatures notamment nocturnes vous rappellent vite que vous voyagez en hiver !

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Nous y flânerons dans l'ambiance animée et commerçante des étals des gens des villages alentours venus écouler leurs marchandises

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Le rythme est bien différent de celui de l'urbaine Mandalay...

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Si l'on vient ici c'est pour partir en balade dans la campagne environnante ( à pied pour les trekkeurs , ou...en moto pour ceux qui veulent aller visiter un peu plus loin !) et se pénétrer de l'ambiance d'un autre temps de la campagne birmane...

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Les villages Shan sont perchés sur les cretes pour voir de loin venir les menaces qu n'ont pas manquées dans l'histoire agitée de la Birmanie...

Une guérilla Shan n'ayant pas complètement disparue non loin de là, nous dit-on, plus à l'est, on atteint bientot une limite ou le guide souhaite arreter la moto pour ne pas aller au delà..

Et c'est donc à pied que l'on part explorer les villages et la campagne environnante..

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

On découvre les champs de sésame et leur belle couleur jaune...

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Les rizières de montagne dessinant le relief des vallées sinueuses

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Les maisons noyées au coeur de la végétation tropicale

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

.

Le bambou est roi en Asie du Sud Est...

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Comme au Laos, toutes les maisons rurales sont sur le même modèle, surélevées sur pilotis (on imagine pourquoi lors des pluies de la mousson et des torrents de boue au niveau du sol)

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Les graines séchent au soleil et le rythme où vont les choses..est différent du nôtre !

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Les enfants, comme partout, sont curieux et amusés des visiteurs étrangers

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

La toilette au bord de la rivière aux heures les pus chaudes de la journée (parce que ...c'est frisquet une rivière de montagne!)

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Impossible d'imaginer même un petit village sans son temple doré, aérien, au dessus des vallées environnantes....

Invitant à faire une pause pour prendre de la hauteur sur les problemes du quotidien

Rêveries birmanes (6) : Balade dans les montagnes du pays Shan...

Les montagnes du pays Shan.... l'Asie profonde.. encore à l'écart du monde..

Pyan do mai ...

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Myanmar
commenter cet article
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 18:52

Une bonne nouvelle depuis quelques mois à La Réunion : le musée Stella Matutina a réouvert !

J'en avais chaudement vanté la visite en 2010...avant qu'il ne ferme pour 4 ans de travaux !

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

Il est maintenant désamianté, paré de nouveaux atours, et reste une visite indispensable pour le visiteur qui veut comprendre l'ile de La Réunion, son métissage unique au monde et sa devise , le "vivre ensemble"..

La visite pleine d'humanité d'une guide enjouée et pleine d'anecdotes créoles...mais dont la voix se brise un instant ..en évoquant la vie dans un camp d'esclaves.. vous fera sentir le coeur des gens d'ici et leur blessure originelle...

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

Parmi les nouveautés, en dehors d'une salle 3D pour voir des dinosaures dont on ne voit pas trop le rapport avec la choucroute (pardon ! avec le carry..) :

il y a une salle pour des expositions temporaires !

Jusqu'en septembre, pour des lecteurs qui projettent un voyage en 2016, on peut y découvrir la terrible histoire des esclaves oubliés de l'ile de Tromelin...

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

En l'an de grâce 1761, l'Utile, Petite "flûte" (eh oui, ce bateau s'appelle une flûte !) battant pavillon de la compagnie des Indes Orientales quitte le port de Bayonne pour un long voyage vers le pays des épices...et fait escale à l'ile de France (actuelle ile Maurice) ou on lui passe commande d'aller charger des vivres à Madagascar pour nourrir la colonie..

Le trafic d'esclave vers l'ile est interdit officiellement par le gouverneur depuis 6 mois car il y a trop de bouches à nourrir et la famine sévit dans les plantations , de plus l'Utile n'est pas un navire négrier...

Mais la cupidité du capitaine Jean de La Fargue lui fait embarquer en plus des vivres prévues..160 esclaves malgaches qu'il compte revendre clandestinement à Rodrigues en empochant un confortable pactole..

Du coup, au retour, il évite la route directe pour l'ile Maurice qu'il compte contourner par le Nord avec une carte qui se révèlera imprécise sur cette nouvelle voie de navigation..

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

Et, vous le voyez, entouré de rouge , un piège mortel guette l'Utile pendant la nuit..les hauts fond de la minuscule ile de Sable qui n'est pas encore l'ile de Tromelin... et c'est le drame..

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

Le navire échoué sur les hauts fonds se brise en deux, une vingtaine de marins et 70 esclaves se noient, tandis que le reste trouve refuge sur l'ilot...

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

Et tous ces gens, équipage et esclaves, se retrouvent sur un ilot minuscule, battu par les vents sans abri sans nourriture et sans eau avec seulement les débris sauvés du naufrage...

2 mois plus tard l'équipage survivant qui a construit un bateau de fortune avec les restes de l'Utile naufragée sous les ordres du premier lieutenant Castellan du Vernet quitte l'île avec la promesse de revenir chercher les 80 esclaves survivants...

L'embarcation atteindra Madagascar et ils seront sauvés..mais l'administration française refusera de financer une expédition de secours... et les esclaves vont être abandonnés sur cette ile minuscule battue par les cyclones ...pendant 15 ans !!

Retourner chercher des esclaves ...?

la Compagnie des Indes a d'autres chats à fouetter ( et pas d'argent à gaspiller...)

Alors, ils vont tenter de survivre pendant toutes ces années sur cet ilot hostile...

Oubliés...

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

L'expo raconte les 4 campagnes de fouille de 2006 à 2013 qui ont permis de retrouver les vestiges de leur vie là-bas ..et les sortir de l'oubli..

Alors qu'il aurait pu ne plus rien y avoir du tout...les fouilles ont permis de retrouver des vestiges profondément émouvants , permettant de les imaginer à l'oeuvre...en train de mettre en pratique les bases de leur survie

- manger et boire : des restes de nourritures (des oiseaux et des tortues), un puis d'eau saumâtre,

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

- s'abriter : on a découvert le plan d'édifices en pierres et en corail pour se protéger des cyclones et entretenir le feu sur le point culminant de l'ile

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

- fabriquer et réparer : des ustensiles de cuisines rapiécés et réparés témoignant qu'ils ont su faire fondre, marteler et riveter du plomb et du cuivre

Ainsi que toute la trame d'une vie sociale avec un bâtiment de cuisine bien rangé, séparé des chambres d'habitation, des bracelets, des pinces a cheveux , et chainettes pour des parures féminines... des enfants sont nés..

Et les années ont passées....

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

Comme vous pouvez le lire..

Un remord bien tardif..

Le temps de decider une expedition..

puis que la première échoue....

Seuls sept femmes et un bébé survivront après 15 ans d'une lutte qui dépasse l'entendement...

Et en guise d'épilogue..

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

Pour finir, je vous laisse avec les conclusions de l'équipe qui a fait les fouilles qui donnent un sens profond à leur travail..

Une histoire de l'Océan Indien : Les oubliés de Tromelin..

De l'inhumanité des négriers...les historiens font surgir... une leçon d'humanité..

Si vous voulez en savoir plus que ce court (et pourtant remarquable!) article de blog, vous avez à votre disposition soit un roman d'Irène Frain soit une BD de Sylvain Savoia qui vous diront tout!

Allez..Nou ar trouv !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Musées et patrimoine
commenter cet article
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 15:09

A proximité de Mandalay, se trouvent les vestiges de quatre anciennes capitales des dynasties birmanes d'un temps révolu...

Certes, il n'en reste plus grand chose ormis, bien sur, des temples et des pagodes (je l'ai déja dit.. si on est réfractaire..le Myanmar n'est sans doutes pas la destination idéale !)

Mais le cadre bucolique de la campagne birmane offre un décor serein à l'écart de l'agitation citadine de Mandalay.

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

En route donc pour Inwa...ou l'on ménage pour les touristes une ambiance dépaysante avec le bac pour gagner la zone des vestiges..

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

A l'arrivée, à votre choix, c'est en calèche, en deux roues ou à pied (si vous savez résister aux sollicitations !) que vous pourrez emprunter la piste pour une balade bucolique vers les vestiges..

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

Pagodes et rizières...

Ca y est..vous etes en Birmanie !

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

Sur le chemin.. on croise les anciens et les modernes..

Une paysanne sur son char à boeuf et d'élégantes touristes (eh oui..les touristes les plus nombreux ..sont thailandais !)

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

Et les vestiges d'une époque révolue surgissent dans la verdure...

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

Le monastère en bois de Bagaya semble figé dans un autre siècle..

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

Mais, non..il est bien de notre époque... et on y trouve les moines qui instruisent les enfants défavorisés en leur apprenant à ire et à écrire..

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

D'autres monastères sur le chemin accrochent la lumière de l'après-midi en d'étranges couleurs patinées par le temps..

Certains en des nuances ocres...

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

D'autres en des déclinaisons orientales de terres de Sienne..

Rêveries birmanes (5) : sur les traces des royaumes du passé...

.

Et on se surprend à avoir oublié l'heure... rêveur devant cette ambiance méditative .. qui suggère une pause dans la course peut-être un peu vide de sens de notre vie moderne..

Allez..Pyan do Mai !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Myanmar
commenter cet article
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 14:30

"Si vous avez entendu l'appel de l'Orient...

Vous n'aurez plus jamais besoin de rien d'autre,

que de ses fortes senteurs d'épices, du soleil, des palmiers et des cloches des temples,

Sur la route de Mandalay...."

Rudyard Kipling

( auteur de ce poeme mondialement connu...sans y être jamais allé, parait t-il ..)

Mandalay, sera donc notre premier contact avec le Myanmar, après le long voyage passant par Bangkok, rendu plus court par l'affabilité extrème du personnel de Thai Airways et la curiosité de découvrir ce monstre qu'est l'A 380..

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

.

L'ancienne capitale royale, devenue une cité économique incontournable par ses rapports commerciaux avec la Chine, reste une capitale spirituelle avec ses dizaines de monastères et pagodes et ses milliers de moines...

La première visite pour la flamboyante pagode Mahamuni justifie le qualificatif de "Cité d'Or" attribué à la ville..

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

.

Le Bouddha de la pagode principale est vénéré dans tout le pays..

Et l'on vient de loin lui faire l'offrande de feuilles d'or que l'on colle sur son corps (bouffi au fil du temps par tout cet or !) dans l'espoir de la guérison d'un problème de santé, d'une meilleur situation financière..ou d'une réincarnation dans une vie meilleure..

Les Birmans de toute condition donnent une part étonnante de leurs revenus en offrandes religieuses...

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Il y a tout un artisananat de l'or dans des échoppes que l'on peut visiter, pour la fabrication de ces feuilles d'or extrêmement fines destinées à être vendues aux fidèles à l'entrée des pagodes pour un prix somme toute modique en tout cas à nos yeux de pays riches (elles sont...vraiment très fines!)

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Les moines sont partout dans la cité...que ce soit, comme ici, au moment des cérémonies d'offrande quotidiennes pour recevoir leur repas lié à la générosité des donateurs, dans une longue procession attirant badauds et touristes, ou l'on se sent un peu de trop..

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Ou bien dans la vie de tous les jours, comme ici les transports en commun !

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Les scènes de rue montrent qu'il va falloir composer avec l'alphabet birman..par exemple pour séparer les toilettes pour hommes de celles des femmes !

Mais on apprend vite...

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

L'usage que l'on peut faire des deux roues est beaucoup plus inventif (et moins règlementé!) que chez nous

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Le monastère Shwe Nandaw est le témoin miraculé d'une époque révolue...

Le Palais royal entièrement en bois de Teck, ayant été complètement ravagé par les flammes pendant les combats de la guerre de 39/45, il n'en reste comme témoin que ce monastère transporté hors du palais antérieurement...

Et le raffinement infini des sculptures sur bois est tout à fait fascinant..

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

.

On passerait des heures à explorer jusqu'au moindre bas-relief...

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Une attraction incontournable en fin de journée :

Le coucher de soleil en se baladant sur le pont U Bein en périphérie de la ville, dans l'ambiance emplie de sérénité du lac et de la campagne environnante....

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Ce n'est pas seulement pour touristes, comme vous pouvez le voir !

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Et c'est là, les visiteurs étant totalement embrumés le premier soir après ce long voyage...

que l'ambiance de la campagne birmane se glisse en eux pour y délivrer ses sortilèges..

Rêveries birmanes (4) : Sur la route de Mandalay...

Et on l'entend... l'appel de l'Orient ...

Allez, pyan do mai !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Myanmar
commenter cet article