Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 13:02

D'astreinte pour Noel à la Réunion (il en faut bien un...) pendant que la famille est réunie là bas dans le Vercors... c'est un peu " mol " comme on dit ici...

Or donc, que voila un moment propice pour la nostalgie des voyages familiaux du passé...

Et.... un article Time machine, un !

En été 1994, les enfants avaient..(voyons...je pose 4 et je retiens 2...) Oui, c'est ça ...7 et 6 ans !

Et, confortés par leur enthousiasme lors des vacances dans l'ile de beauté les années précedentes, nous avons à nouveau replongés dans notre addiction aux terres lointaines et aux grands espaces, au risque assumé de les contaminer à leur tour ;-)

Destination, la Norvège....qui me faisait rêver depuis que je suis enfant...

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

...

La Norvège..c'est grand !

Il faut faire des choix pour un voyage de 3 semaines...

Nous avions choisi d'atterrir à Bergen pour un trajet en camping-car le long de la cote le long des fjords escarpés jusqu'à Trondheim, puis de relier ensuite en train de nuit la zone au delà du cercle polaire... (pas le temps de faire la route !)

Objectif : passer 10 jours loin de tout dans les iles perdues des Lofoten et y rencontrer le soleil de minuit...

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Bergen, l'ancien port hanséatique, semble tout droit sortit du passé... et vous plonge d'emblée dans une ambiance nordique et d'un autre siècle..

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Ce fut notre première expérience du camping car....avant bien d'autres ....

Je crois que nous aimions tous autant petits et grands ces retrouvailles intimes dans l'espace clos qu'est un camping-car, les uns sur les autres, ou l'on se délectait une fois par an de baigner au plus profond du cocon de notre famille...

Et , alors que des kilomètres en voitures en France semblaient interminables...

Le camping car avalait les kms au sein des grands espaces à la plus grande joie de tous..

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

C'est que..les paysages sont gratifiants...la Norvège..c'est beau !

Même en juillet, si la route côtière qui longe les fjords est évidemment dégagée..un tout petit peu plus haut...la neige n'est quand même jamais bien loin !

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Vous reviez de minuscules villages au fond de chaque fjord, comme perdus au bout du monde dans une ambiance de nature sauvage ?

La Norvège ne vous décevra pas !

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

...

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Les vallées perdues ou vous semblez etre le premier a vous aventurer ?

Idem, elles sont au rendez-vous !

Les cascades à chaque virage de la route ?

Il n'en manquera pas une !

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Les grands troupeaux de rennes ?

Ah là, par contre...c'est surement plus haut en Laponie....

parce que sur la côte Sud ouest de la Norvège, ils étaient peu nombreux ;-)

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

...

Arrivés à Trondheim, après avoir rapidement joués les touristes dans cette jolie ville aux églises en bois...

Nous avons laissés le camping-car car la route aurait été trop longue.. et le train de nuit nous a emmené vers notre rêve, au nord du cercle polaire..

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

C'était il y a...23 ans...mais je doute que les iles Lofoten aient beaucoup changé : elles ont été à la hauteur de notre imaginaire..et doivent toujours, je pense, être une destination d'exception...

C'est en Ferry qu'on relie Bodö, la ville cotière ou nous avait laissé le train pour gagner Svolvaer, la "capitale" des Lofoten... puis notre petite maison de location perdue au bord de son fjord brumeux..

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Les enfants en voyage...

Ca reste une de mes grandes émotions...

Cet enthousiasme et cette faculté de s'étonner de tout... résonnait visiblement avec la mienne (à l'évidence resté quelque part un gamin qui n'a pas bien accepté de grandir)

Je me sentais à leur diapason ... et j'adorai ça !

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Les Lofoten, c'est ça ..

De minuscules villages de pêcheurs aux couleurs vives ou toute la vie est dédiée à la mer...

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Ou on reste rêveur de ce que doit être la vie ici, certes mariés à l'océan pendant les mois d'été mais aussi dans la solitude brumeuse et glacée des longs mois de la nuit hivernale...

Alors tellement ces mois de lumière sont précieux..que pour ne pas en perdre une miette...il n'y a pas de volets !

C'est le seul truc qui était dur pour les enfants : dormir, pour eux, c'est quand il fait nuit ...

Alors quand il ne fait jamais nuit..on ne sait plus du tout quand il faut dormir !

(bon, c'était un peu pareil pour nous, c'est vrai...)

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Aucun voyageur dans les Lofoten n'oubliera les morues qui sèchent au porche des petites maisons colorées, pas plus qu'il n'oubliera l'odeur !

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Chaque petit port de quelques dizaines d'âmes, blotti au creux d'un fjord, dégage une poésie qui lui est propre

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Parce qu'ensuite, une fois parti du village... les paysages sont rudes et désolés....

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

...

Dans cette ambiance brumeuse et de sommets enneigés, l'eau coule de la montagne à chaque instant..

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Comme un raccourci ironique à l'actualité, le front d'un glacier toujours impressionnant à voir de près, dont on peut se demander ce qu'il est devenu à l'aune du changement de climat dont on ne parlait encore que peu en 1994....

Time machine 1994 : au pays du soleil de minuit...

Et pour finir, le fjord brumeux ou l'on descendait du ponton de la maison faire une ballade en canot pour pêcher la morue (quoi faire d'autres dans les Lofoten ?),

loin...si loin de notre vie habituelle.. et ou s'est scellé notre désir à tous les 4 de revivre chaque été ces moments en famille à la découverte du monde...

La suite de Time machine en 2016, si ça vous plait...

En attendant.... Joyeux Noel !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Time machine
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 15:01

Bien sur...des tas de gens vont être sceptiques....et s'en expriment déjà...

Bien sur.... un accord sur le papier ne préjuge pas de ce que les états en feront en pratique...

A commencer par le ratifier, au moins pour 50 d'entre eux, sans trainer les pieds, à partir de mars 2016... (surtout s'ils élisent n'importe qui à leur tête prochainement, aux USA.... ou chez nous dans 2 ans par exemple...)

Bien sur.... la marche vers un monde sans énergie fossile est encore un si long chemin...

Mais quand même...ce 12 décembre à Paris...il s'est passé quelque chose ...

195 pays ont accepté un projet d'accord sur le climat dans une prise de conscience planétaire inédite... et certaines attitudes antérieures de négation du problème ne seront plus, je pense, possibles...

Et on rappellera aux esprits chagrins que bien des gens croyaient cela impossible...

Et qu'il fallait bien un premier pas....

Certainement plus petit que ce que les experts du climat espéraient... mais c'est quand même un pas..et il a le mérite d'exister

Et en plus, le monde entier venant à Paris, un mois après les attentats, s'entendre sur l'avenir de la planète...ca a de la gueule.... et ça justifie donc bien un moment d'émotion au Bourget partagé sur le blog..

Et encore une fois..c'est beau que la France y ait été pour quelque chose...

Alors en attendant les résultats des régionales dont il se pourrait bien qu'il me remette par terre ... ce dimanche matin au moins.....je suis fier de quelque chose qui s'est passé dans mon pays...

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans La di la fé....
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 15:58

Pour vous distraire de tristes considérations d'entre deux tours des régionales, je vous propose le dernier volet de notre périple sud-africain pour le plus grand et le plus celebre des parcs animaliers.... qui s'est révélé à la hauteur de sa réputation..

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Le Kruger...c'est immense !

La carte ne montre que sa moitie Sud et vous voyez en rouge le périple que nous avons fait en 2 jours et demi ( vitesse limitée pour ne pas mettre en danger les animaux, of course!)

Il parait que c'est un peu bondé en haute saison, car les Sud-Africains en vacances...en font une destination très prisée..et ça peut-etre assez embouteillé !

Par chance en juin c'était une période creuse et on faisait des kilomètres sans voir d'autre voiture... (la haute saison c'est decembre janvier : les vacances d'ici..)

Sans difficulté ni foule particulière, donc, avec sa simple petite voiture de location et sans consigne de sécurité autre ... que de ne pas sortir de sa voiture ....(!)

A nous les grands espaces et les rencontres magiques qui rappelleront de chaleureux souvenirs à nos enfants en lisant cet article!

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Arrivés de bon matin à une des entrées du parc, il faut s'acquitter d'un droit d'entrée quotidien...(et d'une fouille du coffre à la recherche d'armes à feu !)

Il faut choisir entre loger dans le parc dans des hotels ou campements ou on est un peu les uns sur les autres ou loger en dehors..mais il faut repayer tous les jours!

Avec comme seule consigne importante, d'etre de retour à une des portes impérativement avant leur fermeture au tomber du jour..

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Et le parc gigantesque ...offre à perte de vue la magie du paysage des grands espaces africains et..un sanctuaire précieux pour espèces très gravement menacées comme chacun sait... les parcs animaliers étant probablement le seul espoir de survie de la faune africaine sauvage...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

A tout seigneur, tout honneur...

Notre première émotion sera pour une troupe d'éléphants préparant ses ablutions en bord de rivière...

Les éléphants sont des animaux fascinants à observer dont a l'impression dans tout ce qu'ils font...qu'ils le font sans se presser, sereinement, qu'ils prennent le temps de réfléchir aux conséquences de ce qu'ils vont faire ...(contrairement à ceux qui glissent dans une urne une enveloppe pour M..L..P.. oh ! pardon... j'avais dit que je n'en parlerai pas..)

Après tout un délai de préparation, donc....

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

On se décide à se mettre à l'eau, les mères toujours avant leur petit... pour sécuriser la profondeur et ensuite l'encourager quand il trouve la pente un peu raide...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Et après..le bain...ce n'est que du bonheur..ils adorent ça !

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

En Afrique...l'eau , c'est la vie !

Donc même sans guide, on comprend vite que c'est en venant se poser près des points d'eau grâce à des chemins de traverse...que les observations seront assurées.

Comme cet hippo se laissant complaisament déparasiter...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Les animaux les plus gros ne sont pas forcément les plus gracieux et le martin pêcheur séchant ses ailes accepte la pose pour le photographe..

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Les aériennes girafes vous font croire qu'on a réglé sa vision en mode ralenti...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Le redoutable buffle qu'il ne faut pas approcher de trop près...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

L'élégance des impalas dont on ne se lasse pas...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Chaque point d'eau (indiqué par un détour de la route principale par une carte très détaillée) peut-être une occasion d'observation et de surprises, surtout quand le jour baisse et que les animaux vont boire...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Au premier abord..on aperçoit de placides hippo en route pour le début leur expédition nutritive nocturne après la journée à paresser dans l'eau..

Mais grâce aux jumelles (ah oui, je ne l'ai pas dit....ne jamais oublier des jumelles si on s'offre un jour un voyage animalier... ce serait un crève coeur..)

La surprise est au rendez-vous..

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Et la voix tremblante d'excitation :

"Regarde ! une troupe de Lycaons!"

Eux aussi, ils boivent avant de se mettre en chasse...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Ailleurs, c'est parfois simplement du bord de la route, grâce à d'autres voitures arretées qu'on s'accroche à ses jumelles et..

"Mais qu'est ce qu'ils voient ? Tu vois quelque chose, toi?"

Et quand on a enfin trouvé, on assiste à la sieste d'une famille de guépards...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Ou encore plus loin, en contrebas...le roi des animaux se fait bronzer alors que madame préfère être à l'ombre...

Petite devinette pour les nostalgiques de "Ou est Charlie?" :

Sauras tu trouver le lionceau ? (si, si, il y en a un, cherchez bien !)

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Plus loin, c'est sur une aire de pique nique, seul endroit ou descendre de sa voiture, qu'on a RV avec les redoutables chapardeurs de sandwichs aux aguets...

Et ainsi de suite pendant deux jours qui passent bien vite à écarquiller des yeux comme des enfants émerveillés, avant la longue route du retour vers Johannesbourg, qui est à une journée de route quand même...

Vie sauvage (3) : le parc Kruger

Voilà...

C'est la fin de nos images de vie sauvage africaine de 2015 :, mais, bon... il se pourrait qu'il y en ait d'autres dans les années à venir :-)

J'espère qu'on vous a changé les idées dans cette ambiance métropolitaine morose...et je vous laisse avec cette image apaisante de cette placide éléphante et son petit....

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Afrique du Sud
commenter cet article
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 18:05

C'est la derniere fois que ce blog parle de ça, je vous le promets ... mais je me sentais obligé de le partager :

Je me sens tellement solidaire de cette France là, qui avec un ton épuré et juste vient de dire à la face du monde et des terroristes que regardaient devant leur poste : voici notre réponse...

Au lien d'antiennes viriles et revanchardes, c'est beau d'avoir mis en scène ces 3 jeunes femmes en lieu et place d'images guerrières qu'espéraient sans nuls doutes les auteurs des attentats..

et ce qu'elles ont à offrir aux monde entier qui les regardaient

- la diversité de leurs origines,

- leur courage fou d'avoir accepté d'etre là,

- et le symbole qu'elles incarnent de celles qui sont la vie là ou les hommes sèment la mort...

Je ne crois pas qu'un autre pays au monde aurait pu répondre à ce qui s'est passé par une chanson....

Et je voulais partager ma fierté en priant pour qu'une autre France ne sorte pas des urnes en ce mois de décembre...

Repost 0
Published by olivier et marianne
commenter cet article
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 06:37

Avec l'Automne, revient le temps des congrès et des villes lointaines....

Cette année était surréaliste avec les attentats en boucle dans les tetes pendant les nuits d'insomnie du décalage horaire...et la piqure d'adrénaline pour raviver la flamme professionnelle avait un gout amer...

Mais malgré tout, à la cloture du congrès...j'ai profité de 24 heures de pause pour arpenter les rues de San Francisco, I-phone à la main...

Un automne à San Francisco...

28 ans après ma première rencontre avec cette ville fascinante, sous un soleil d'automne irréprochable, les souvenirs et les émotions sont revenus...

On a tous sa propre lecture d'une ville mythique ou souffle un vent de spiritualité, de tolérance et de liberté, et une philosophie particulière de la vie, consciente de la menace de la faille sur laquelle elle est construite...

Une ville consciente de la fragilité des choses et donc des certitudes...ou l'Amérique montre un autre visage...

Un automne à San Francisco...

La balade débute en plein centre ou je logeais à proximité du Convention Center (j'étais là pour bosser !) dans le décor au début habituel d'une grande ville américaine, à Union Square et ses boutiques de luxe..

Ambiance Victoria Secret et Bloomingsdale...

Un automne à San Francisco...

Comme ailleurs dans toutes les grandes villes,..la misère y cotoie le luxe et les exclus de l'Amérique sont un choc obligé en balade au centre de San Francisco

Comme point de depart de balade, le très touristique Cable Car est difficilement contournable pour traverser le centre en direction du Fisherman's Warf, et mettre des images sur le mythe de la baie de San Francisco...

Un automne à San Francisco...

La vue sur la ville y est.... mémorable...

Un automne à San Francisco...

Alors que j'y attendais les mânes de Janis Joplin ou Allen Ginsberg, les anciens docks reconvertis en centre touristique et commercial, avec le Golden Gate en arrière plan, m'offrent une rencontre inattendue avec d'autres personnages de mon imaginaire..

J'apprends en effet que c'est ici qu'a eu lieu en 1916 l'exposition internationale fêtant l'ouverture du canal de Panama...qui est le cadre du début du nouveau Corto Maltese dont je vous parlais il y a peu !

J'y flânerai donc sur les traces du passage de Corto et de son ami Jack London..

Un automne à San Francisco...

Autre balade, à Chinatown... habituellement envahie par les touristes mais encore endormie au début du jour (le décalage horaire rend matinal!) ou les gens viennent prendre leur travail et ouvrir les boutiques.....

Un automne à San Francisco...

L'ambiance est effectivement... orientale..

Un automne à San Francisco...

Comme je le disais, puisqu'on a tous sa lecture personnelle d'une ville, ce qui est pour moi l'âme de San Francisco c'est ici..

Le quartier de North Beach et ses cafés ou ont trainé les poetes et les ecrivains de la Beat generation pour y secouer les carcans de l'Amérique avant de se noyer dans le Whisky et les drogues ...

C'est ici qu'a changé la vie des gens de ma génération...

Un automne à San Francisco...

Cette effervescence a laissé la place au décor serein des maisons colorées sur les pentes des collines.... dans une ambiance bobo qui me correspond tellement...

Un automne à San Francisco...

La flânerie se poursuit dans le décor dont on ne se lasse pas des collines aux rues escarpées...

avec parfois des rencontres insolites .. comme dans le minuscule parc de Telegraph Hill en haut à droite de l'image, au pied de la tour..

Un automne à San Francisco...

Un coyotte en plein centre ville !!!

Un automne à San Francisco...

Voila....je vous laisse avec une derniere image, en éspérant vous avoir fait partager un peu de ce que dégage cette ville qui me fascine toujours autant...

Nou Ar Trouv !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans tourisme scientifique...
commenter cet article
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 18:13

Pour changer de sujet, et parce qu'on a besoin en ce moment d'humanité et d'ondes positives , on revient aux articles habituels de ce blog...

Encore une fois les films nous arrivant au compte goute à La Réunion, et..sans se presser !

il s'avère que conseiller un film à des lecteurs de metropole, c'est toujours arriver en retard, mais tant pis !

Le film du trimestre est ....

Le film du trimestre...

Le premier film d'un humoriste issu du Djamel Comedy Club que j'avoue ne pas connaitre, Kheiron Tabib, qui réalise un film extrêmement personnel sur l'histoire de ses parents, opposants politiques au régime iranien, obligés de fuir l'Iran de l"Ayatollah Khomeiny pour obtenir l'asile politique en France (tiens, tiens voila qui résonne ave notre actualité..) et y conquérir une seconde vie, à force de courage et de ténacité ..

On pouvait tout craindre d'une telle entreprise et c'est un petit miracle d'équilibre entre l'émotion et la dérision pour raconter une histoire de douleur, de volonté et d'humanité qui vous fait passer du rire aux larmes.. et vous réchauffe le coeur en ces temps difficiles

Le film du trimestre...

L'hommage a ses parents est poignant avec juste ce qu'il faut d'ironie, d'humour et de pudeur pour garder la distance nécessaire et faire de l'histoire d'Hibat et Fereshteh une leçon de vie et une belle histoire d'amour depuis la vie de résistants en Iran...jusqu'au combat pour se refaire une vie en exil

Le film du trimestre...

La tendresse de l'auteur dans le rôle de son père, et la toujours lumineuse Leila Bekhti finissent de parfaire le tableau...

Si vous l'avez raté dans cette période troublée, courez y !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans cinema
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 13:36

Comme vous, amis lecteurs, je suis bouleversé depuis ce vendredi parisien....

Et mes nuits sont douloureuses et peu réparatrices au milieu du décalage horaire de ce congrès californien...

Mais cette nuit, j'ai un sursaut qui m'emmène devant mon ordi pour pianoter en réaction à une phrase toute faite dans les déclarations qu'ont lit partout, disant que nous étions face à des "lâches"...et qui m'a sorti de ma léthargie.

Pour vous qui me lisez et qui comme moi, n'allez pas bien..j'écris pour chercher l'apaisement en cherchant à comprendre et, comme l'on dit plusieurs belles déclarations, notamment de proches de victime, le plus important est de ne pas se mettre dans la même logique de haine : c'est tout ce qu'ils cherchent..

Chercher à comprendre...c'est une réaction d'humanité à la recherche d'un mot très important pour moi, la dignité...

Que nous apprend la psychologie au sujet du trauma collectif que nous vivons tous ? ( je parle de ceux qui contemplent les images à la télé sans avoir perdu un proche, car pour ceux là je n'ai pas de mots..)

Elle nous apprend que nous passons par plusieurs étapes

La sidération d'abord devant l'impensable et initialement on n'y crois pas, ce n'est pas réel, on est tétanisé.. C'est dans cet état d'esprit que j'ai pris l'avion pour la californie samedi matin, complètement dans le cirage, ne sachant plus ou j'étais, mécaniquement... en me demandant à quoi ça rime un congrès au milieu de ce chaos...

La douleur nous envahit ensuite lorsque la mesure de ce qui s'est passé et de ce qu'on a perdu, s'impose progressivement... et les larmes sortent ou ne sortent pas...

En sachant que les souffrances ne savent faire qu'une chose , résonner avec d'autres plus anciennes, et moi, comme tant d'autres, le sentiment de déchirure et de vide... je le connais bien, et depuis longtemps...

Mais ensuite, vient le temps de s'interroger et chercher à comprendre les choses et ce qu'elles déclenchent en nous, non pas pour ne plus souffrir, ça ne marche pas comme ça...mais pour etre débout alors qu'on croyait etre à terre, ce qui nous définit comme des etres humains...

Et ca... c'est le lymphome qui me l'a appris il y a 30 ans.

Or donc, je pense à ces hommes qui ont semé le malheur et la désolation vendredi...qualifiés de lâches assassins ou de monstres...

Et je me dis... c'est comme les tueurs en série ou les SS d"Auschwitz... en faire des monstres "sortis " de notre définition de l'humanité...c'est une erreur et c'est destructeur parce que ce n'est pas la vérité...

La vérité, c'est que ce sont des hommes et que, comme pour tout un chacun , c'est une histoire, leur histoire, qui les a amené jusqu'à cette horreur..

Et mes pensées se tournent vers le mot kamikaze, " le vent divin" japonais des aviateurs de 1945 ..

Je pense c'est une grave erreur de parler de lâches assassins parce qu'on souffre et qu'on est en colère...

Je pense que ce qu'il faut c'est se demander...c'est ce qui est dans leur tête...

Et ce qui est dans leur tête..c'est que ce sont des héros...exactement comme les kamikazes d'antan...

Ce qu'il faut se demander.. c'est :

jihadiste, qui est tu ?

qu'est ce qui a fait de toi quelqu'un capable de faire ça ?

Certainement, avant tout, quelqu'un qui n'a pas trouvé sa place dans la société francaise , dans son systeme scolaire, dans son monde du travail, dans sa société de loisir ou dans sa culture, et qui a grandi en se sentant à l'écart avec un sentiment de colère et de frustration le conduisant à rejeter le modèle qui est le notre parce qu' il en est exclu..

Parce que l'égalité et la fraternité, ce n'était pas pour lui...

Quelqu'un qui a grandi avec le sentiment d'etre un étranger dans le pays ou il est né... et pour qui notre société de consommation est vide de sens si on n'y a pas accès..

Quelqu'un qui rencontre ensuite les beaux parleurs de l'Islam dont parle tres bien Abd Al Malik dans son livre "Qu'Allah bénisse la France" (un livre important par les temps qui courent...)

Et l'Islam lui propose un sens à sa vie qui n'en avait pas.. et surtout fait de lui une personne qui existe et est de nouveau importante ...

Et puis viennent ceux qui méritent notre colère et que notre société va bien etre obligée d'affronter en sortant de l'angélisme, pour les combattre effectivement,

Ceux là... aveuglés je pense par la jouissance de la toute puissance et du pouvoir que leur donne leur instruction sur des etres influençables et manipulables vont se livrer à la manipulation psychologique que l'on sait...

Et les inciter à partir vers un lieu supposé de retour aux sources et à l'essentiel face à la vanité et au manque de sens de notre société occidentale, à partir en Syrie..

La ou ils seront des hommes fiers et ayant retrouvés un sens face au vide de leur vie.

Et là...ils trouvent la guerre, la misère, et la colère contre ce qui est logiquement perçu comme l'arrogance et le luxe occidental et comme toutes les guerres , elles broient en vous les valeurs du temps de paix que sont le respect de la vie humaine, l'idée de se construire une famille ou d'avoir un futur...

Et comme pour les kamikaze d'antan, leur est promise la gloire et une vie meilleure dans l'au delà, après avoir été un héros en s'attaquant au modèle honni de la société occidentale qui les a rejeté...

Ce n'est pas monstrueux ou de la lacheté...c'est juste implacable....

Alors, ne nous trompons pas d'objectifs et surtout ne basculons pas dans la même logique qu'eux..

Oui, continuons à vivre notre liberté et notre démocratie, et que personne ne nous empèche d'aimer, de vivre, d'aimer la culture, la fete et la musique , tout de dont Paris est le symbole....

Mais réfléchissons aussi à l'exclusion que sécrète notre belle société francaise envers certains de ses membres

Et surtout ne tombons pas dans la récupération si facile des racistes qui voudraient faire croire que toutes les personnes d'une communauté sont les mêmes , ce qui est s'abaisser au même niveau que leur racisme à eux.... les jihadistes..

En revanche, acceptons l'idée que notre société doit se donner les moyens de combattre la réalité de ce qui se passe et qu'une démocratie attaquée doit en tenir compte mais en restant dans un état de droit et dans la justice et je trouve qu'une modification de la constitution par les représentants élus serait un cadre démocratique à un durcissement inévitable de notre systéme de défense contre tout ça..

Et pour finir, un autre écho au titre de cet article...

Mais pourquoi diable faut-il que l'homme continue devant son angoisse du néant du vide et de la mort à s'inventer un Dieu et un Au delà , au lieu de combler ce vide par la seule chose qui peut le remplir à mon sens , se tourner vers les autres, s'enrichir de leur différence et faire en sorte qu'il y ait moins de malheur autour de soi ?

Pourquoi faut-il que croire en quelque chose entraine si vite la certitude d'etre dans la vérité et tout de suite après, à ne plus accepter que la vérité d'un autre est aussi bonne pour lui ?

La liberté, quoi...

Pourquoi faut-il que la Foi soit depuis si longtemps une première marche sur le chemin de la barbarie et que le vent divin des certitudes et de l'intolérance ait semé depuis tant de siècles la mort et la désolation?

Pourquoi ceux qui comme moi ne croient pas (et du coup n'ont personne à convaincre et à embrigader) se sentent ils bien seuls à dire que le monde serait plus vivable si l'on se consacrait à vivre la vie ici-bas en lui donnant du sens par l'échange avec l'autre?

Alors.... au vent divin, on préférerait le vent de la vie.....

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans La di la fé....
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 02:03

Un soir de novembre à Paris, dans une ambiance d'été indien très inhabituelle à cette saison...

Bien sur, c'est une évidence d'aller diner à la terrasse d'un des innombrables petits restos qui font le charme de la capitale, dans une ambiance joyeuse et insouciante, entourés de gens qu parlent fort et rient aux éclats..

Et moi comme les autres ...qui fêtait des retrouvailles traditionnelles avec ma cousine parisenne comme à chaque congrès ... je suis allé diner dans un bar à vin sympa de la capitale...

Seulement ce soir là..... j'ai eu la flemme d'aller diner dans ce marais qu'on affectionne pourtant tous les deux et on est donc resté dans l'ouest parisien à coté de mon hotel .

Alors, moi....contrairement à tous ces gens frappés par une folie meurtière qui me laisse hébété... je suis encore là pour écrire ma peine devant l'inimaginable...

Cauchemar...

Et je suis comme tout le monde....désemparé...ayant pris l'avion le lendemain matin dans un état second..ne sachant plus si ca avait du sens de partir en congrès pour l'hépatite C dans ce chaos sanglant...

Bien sur..je lis partout...même dans la tempète, il ne faut pas sombrer...c'est la devise de Paris...

Cauchemar...

Il faut rester debout et fraternels..c'est la fierté de la condition humaine de se relever..

Mais que c'est dur...

Depuis que j'ai l'age de penser, je me suis forgé un système basé sur un progrès de l'homme vers la civilisation grace à l'éducation permettant d'évoluer vers...je ne sais pas...une maturité...

Mais depuis vendredi... quelque chose s'est cassé

Car on voit clair dans la symbolique de cette horreur...

un match de foot...un concert de rock... des gens qui s'amusent ou refond le monde a la terrasse d'un resto...c'est effectivement une certaine idée de notre société qui est clairement visée...

Une certaine idée de l'insouciance et de l'hédonisme pour vivre notre court passage sur terre, ce qui est sans conteste l'esprit de Paris depuis toujours...

Cauchemar...

Et l'insouciance..elle ne sera jamais plus tout a fait la même...

L'insouciance...c'est en temps de paix... et depuis ce vendredi...ce n'est plus le cas..

Une barbarie décidément viscéralement attachée à l'espèce humaine nous fait savoir qu'elle n'en veut pas..

Et les messages d'amour et de soutien des réseaux sociaux ne peuvent rien pour effacer le fait que cette barbarie..

Il va falloir l'affronter

Et je repense sans arret a la femme de menage des toilettes de l'aéroport téléphonant à sa famille en Afrique pour les rassurer sur son sort mais finissant par une phrase qui me poursuit depuis...

"Ce n'est que le début.."

Comme les parisiens qui disent qu'ils vont continuer à aller au resto et a des concerts de rock parce que les obscurantistes assassins ne doivent pas gouverner le monde..

Le blog va continuer bien sur... mais depuis ce vendredi.. rien ne sera plus tout a fait pareil..

Cauchemar...

Alors...

A tous ces gens innocents morts parce qu'ils écoutaient de la musique ou que, comme moi ils dinaient au resto...

A la douleur de leurs proches...

A leurs enfants devenus orphelins...

A tous ceux qui pensent comme moi que cela aurait pu etre eux..

Je dédie ce sentiment de ceux qui restent, qu'on a depuis,et qui est, comme dans la chanson, d'etre coincé entre les 4 horizons qui crucifient le monde....

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans La di la fé....
commenter cet article
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 14:20

Un écueil important se dresse devant ce blog...

Résister au raz de marée émotionnel mentionné dans un article précédent et ne plus être un blog de voyage et d'horizons lointains..

C'est donc de façon elliptique que cet article esquissera le bonheur de 15 jours d'octobre passés à fondre devant sourires et gazouillis d'un petit bonhomme de 3 mois qui a fait tout ce chemin pour venir à la Réunion...

Un bébé sous les tropiques....

Lui dont les grands yeux écarquillés faisaient provision de tout ce qu'il voyait et ressentait...

Que restera t'il en lui de ce voyage, de ces couleurs, de ces odeurs, de ces calins du bout du monde ?

Un bébé sous les tropiques....

Tout ce que je sais c'est qu'il aimait visiblement les ballades au grand air et les feuilles de palmier qui s'agitent au vent des alizés...

Un bébé sous les tropiques....

Mais avant tout.. ce qu'il retiendra, je pense ..c'est tout ce bonheur autour de lui...

Il fera bien ce qu'il voudra quand ça sera à lui d'écrire son histoire....mais c'est sur..

pour le moment...l'enfant imaginaire, dans l'esprit de la famille......il est voyageur !

Un bébé sous les tropiques....

Et nous on espère juste que l'adresse sera recommandé dans les guides de voyage pour petits enfants...

Allez..Nou ar trouv !

Repost 0
Published by olivier et marianne
commenter cet article
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 13:43

Meme si elles peuvent durer plus de 40 ans....

Un jour.....

Les dictatures prennent fin !

Un dimanche vers la liberté...

Le blog est tourné ce dimanche 8 novembre vers un petit pays d'Asie qui vit depuis plus de 40 ans dans la terreur et qui voit enfin la liberté refleurir..

Ayons tous les yeux sur le Myanmar pour que les généraux ne puissent plus ignorer comme en 1990 un vote massif pour le parti démocratique et s'en aillent enfin...

Et meme s'il est facile, assis dans son fauteuil en Europe, de critiquer de nos jours Aung San Suu Kyi pour son absence de prise de position sur le scandale du sort fait à la minorité Rohynga...

Un dimanche vers la liberté...

Je pense que le parcours de cette femme inspire avant tout le respect,

et que ce dimanche ne serait sans doutes pas possible sans elle...

Face a des adversaires iniques, il fallait sans doutes des priorités et du pragmatisme en considérant qu' avant toute chose.. ce qu'il fallait pour la Birmanie..

C'est que ce dimanche d'élection soit juste possible...

Pour le reste...nous...nous sommes d'avis de laisser une jeune démocratie renaitre avant de la juger à l'avance..

Et bien plus, nous projetons d'etre tout bientot, parmi les premiers supporters...à nous rendre là-bas !

Repost 0
Published by olivier et marianne
commenter cet article