Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:27

Cette fois, vous vous dites : ça ne va plus du tout chez lui...

Non, mais qu'est-ce que c'est que ce titre ?

Pourquoi pas les cours de la bourse, tant qu'on y est !

Eh bien... c'est pourtant vrai...

On a pris un plan d'épargne et on en parle sur le blog..

Nous avons souscrit un PEZ !

Un plan d'épargne...pas comme les autres!

Il s'agit d'un Plan d'Epargne Zebu !

J'ai le plaisir de vous présenter Téméraire, notre zébu, que nous avons acheté pour le revendre selon le principe du micro-crédit à Daniel RAMAROLAHY, paysan, père de 3 enfants, qui vit à Madagascar, à 100 kms d'Antsirabe ...

Lui pour qui un zébu est fondamental dans la vie de sa ferme..

Après notre dernier voyage à Mada, nous avons souscrit ceci dans la cadre de l'association

"Zebu Overseas Board" dont je vous laisse trouver vous même les initiales trouvées avec malice par la bande de potache qui a créé cette association...

(comme quoi l'humanitaire ne nécessite pas forcément de se prendre au sérieux!)

Le principe est très sympa.

On achète un zébu pour qu'un paysan puisse l'acquérir grâce au micro-crédit sur 3 ans, et ensuite, vous avez récupéré votre mise, en Ariarys, donc à ré-investir sur place de la même façon !

Et vous êtes cordialement invités à venir voir votre zébu dans son cadre de vie..! ( ce que nous comptons bien faire d'ici un an ou deux).

Bien sur, on est à Mada., les choses se font à leur vitesse...

Et l'asso était bloquée pendant des mois pour raisons de controle administratifs suite au changement de régime...

Il a donc fallu 10 mois... mais ça y est !

Téméraire fait notre fierté ;-)

Allez, je vous laisse avec les coordonnées de cette asso sympa :

www.zob-madagascar.org

(ça y est, vous avez trouvé les initiales?)

Veloma !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 13:23

Nous voici arrivés à la fin de ce deuxième voyage à Madagascar (en esperant déja une suite dans un an ou deux ....)

Pour finir, quelque images d'une petite ile magique , attenante à l'ile Sainte Marie, ou une excursion nous a replongé dans des émotions d'il y a 6 ans, en bordure d'un autre océan...

L'ile aux Nattes...

Chroniques malgaches (17) : ambiance polynésienne à l'ile aux Nattes

Tout au sud de l'ile Sainte Marie, un petit bras de mer sépare l'ile principale d'une petite ile isolée que l'on ne peut atteindre qu'en pirogue...

Chroniques malgaches (17) : ambiance polynésienne à l'ile aux Nattes

Là...pas de route ...

Uniquement des sentiers bordés d'une végétation exubérante, promesses de destinations secrètes...

Chroniques malgaches (17) : ambiance polynésienne à l'ile aux Nattes

De minuscules villages aux maisons traditionnelles dans une ambiance tout à fait malgache...

Et puis, d'un seul coup...

Chroniques malgaches (17) : ambiance polynésienne à l'ile aux Nattes

Un flash, 6 ans en arrière.....le retour des "bleus qui font mal aux yeux" venus d'un autre blog...celui du pacifique...

Ils ont fait le voyage jusqu'ici pour illuminer à son tour l'océan indien...

Chroniques malgaches (17) : ambiance polynésienne à l'ile aux Nattes

Une petite église que l'on croirait tout droit sortie d'une carte postale des Tuamotus ou des Australes...

Chroniques malgaches (17) : ambiance polynésienne à l'ile aux Nattes

Une plage en bord de lagon que l'on jurerait tahitienne....

Chroniques malgaches (17) : ambiance polynésienne à l'ile aux Nattes

Heureusement, il y a le zoom pour se convaincre, que non, ce n'est qu'une illusion..

On est bien à Madagascar...

Chroniques malgaches (17) : ambiance polynésienne à l'ile aux Nattes

Parce que sinon...

On s'y croirait !

Pour ceux qui connaissent l'histoire...de l'autre blog....pas étonnant qu'on craque pour Madagascar.. et qu'on soit certain d'y retourner une de ces années prochaines...

En attendant, amis lecteurs..c'est donc la fin de la saison 2 des chroniques malgaches..

J'espère qu'elles vous ont dépaysés et qu'elles vous apportent un peu de chaleur dans les frimas de décembre..

Prochainement...on reparlera sur ce blog de l'ile Rodrigues...mais pour l'instant ...

Joyeux Noel !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 14:11

Comme promis , voici un temps fort d'un circuit dans l'Est de Madagascar..

L'ile Sainte Marie, outre un endroit serein et hors du monde au bord de l'Océan Indien, devient, de juillet à septembre, une attraction écotouristique majeure...

Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..

Vous avez déja vu ces images, entre Tahiti et Moorea en 2008..puis sur la côte ouest de La Réunion ensuite..

Dans l'hémisphère austral, les baleines à bosse quittent les eaux glacées mais riches en nourriture de l'antarctique, pour venir se reproduire dans des eaux plus chaudes et peu profondes en bordure des côtes d'iles bien définies ou les gens n'en reviennent pas d'assister à un aussi fascinant spectacle tous les ans....

Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..

Seulement ici dans l'étroit chenal entre la grande terre et l'ile Sainte marie ... le spectacle est...sans égal..

C'est que..ici...elles sont des milliers (oui des milliers !) à passer par ce chenal pendant la saison pour se reproduire, et se livrer à mille cabrioles, en des jeux de séduction , des démonstrations d'apprentissage à destination des jeunes..

ou tout simplement..pour jouer !

Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..

Et à bord du bateau qui nous emmène pour une ballade de 3 heures, il ne s'agit pas, comme à la Réunion, de faire le guet pour savoir si on va en voir une ou deux..

Il s'agit de choisir parmi les souffles qu'on voit dans toutes les directions pour savoir quel groupe on va observer..!

Et elles nous ferons tout...

Un petit coucou de la nageoire latérale...

Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..

Un battement de nageoire caudale, pour ceux qui préfèrent...

Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..

Une petite sensation quand elle se met à venir en direction du bateau..

(euh...bon..elle va plonger en dessous du bateau, oui ou non ?)

En effet, il y a une charte d'observation rigoureuse qui définit le comportement des bateaux qui ne doivent pas s'approcher trop près et surtout pas face à elle pour ne pas qu'elles croient qu'on leur barre la route.etc..

mais les baleines n'ont pas signé la charte !!

Et parfois... curieuses, elles s'approchent pour nous voir, à la plus grande joie des spectateurs..

Et maintenant, une petite séquence de saut que vous devez à la vigilance photographique de Marianne..

Moi, certes...je n'ai plus le mal de mer pendant les sorties baleines, grâce au magique dispositif transdermique de Scopoderm posé la veille au soir.. (pour toute info sur le mal de mer , contacter l'agence Daillie Favre qui a testé tous les produits pour vous!)

Mais je ne suis quand même pas capable de coller mon oeil dans un objectif pendant trois heures dans la houle et de garder mon petit déjeuner...alors c'est l'animatrice de l'agence qui officie..

et vous offre une séquence cabriole !

Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..
Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..
Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..
Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..

Et c'est comme ça pendant 3 heures...!

Un moment inoubliable... avec adhésion obligée en rentrant à la dynamique association Cetamada qui tente de profiter avec intelligence et pérennité grâce à l'écotourisme de cette opportunité d'observation, d'éducation, ...et de recherche...

Avec un petit clin d'oeil à une toute jeune étudiante passionnée et souriante qui trouvait grace à Cétamada et au partenariat avec un tourisme, pour une fois constructif, l'occasion de poursuivre ses études pour devenir chercheuse.... dans le difficile contexte de l'université à Madagascar...

Leur adresse : cetamada.com (ils méritent bien une petite visite)

Chroniques malgaches (16) : le grand spectacle des baleines de l'ile Sainte Marie..

Allez..

Vive l'écotourisme à Madagascar..

Les baleines vous saluent bien!

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 15:24

Voici venu le temps de quitter ( à regret..) nos amis les lémuriens et le canal des Pangalanes, pour la poursuite de nos impressions de la cote Est, au fil du trajet qui nous emmènera vers Tamatave et l'ile Sainte Marie...

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Comme pour l'aller , il faudra à nouveau une heure de pirogue avant de regagner la route (pardon..la piste!) à Manambato, puis si la pluie n'a pas rendu la piste impraticable (on est passés ..un peu juste!) on retrouve la nationale 2 et la dure réalité d'une ile ou un moteur c'est un luxe.... !

Certes, on court derrière quand ça descend...

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Mais, la plupart du temps...ça ne descend pas... !

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Nous ne ferons que traverser la cohue colorée et bruyante du grand port de Tamatave (Toamasina en malgache), ses pousse-pousse et ses camions de marchandises ...

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Une halte déjeuner au bord de la plage de Tamatave, animée et commerçante avec le port en toile de fond...loin de l'image d'Epinal d'une destination de vacances au bord de l'océan..

Ce sera pour un peu plus tard, plus au Nord...

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

En effet, au Nord de Tamatave, existe une petite côte d'Azur locale avec hotel, cocotiers et plages de sables fins....comme ici, à Mahambo....

Destination prisée des gens fortunés de la capitale qui viennent ici en vacances, j'allais dire se dorer au soleil, mais c'est oublier qu'il pleut souvent sur la côte est...

Ne croyez pas ces clichés ensoleillés trompeurs !

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Et, les touristes internationaux étant bien rares..ce sont bien des malgaches en vacances qui profitent des vagues au soleil couchant...

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Fin de la route encore plus au Nord, à Soanirana-Ivongo, où nous quitterons Ouni, notre souriant et patient chauffeur, qui a eu la délicate attention de nous présenter toute sa petite famille qui nous attendait à l'embarcadère (enfin..sa famille n'est pas si petite que ça en fait ;-)

Ensuite ... une pirogue à moteur pour la traversée très couleur locale du canal qui sépare le continent de l'ile Sainte Marie..traversée réputée dangereuse à cette saison venteuse.. , problème que les autorités ont contourné..en interdisant le départ dès que la mer est mauvaise...

Résultat ..plus d'accidents...mais il peut y avoir plusieurs jours d'attente avant de traverser..!

Sans nous en rendre compte, on a eu de la chance de partir le jour J....

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Au bout de la traversée, arrivée un peu folklo et colorée à Ambodifotatra, le petit port de l'ile, avant de retrouver une ambiance "bungalow -pieds dans l'eau" plus cosy et touristique dans un des nombreux lieux d'hébergements paradisiaques de l'ile Sainte Marie....

En effet, l'idée d'un séjour ici, c'est de goûter une ambiance "farniente" apres les trépidantes heures de route de la grande ile..en notant bien qu'en juillet/aout/septembre...c'est la saison des baleines, ici...

Mais on en reparle bientôt, dans un prochain article à grand spectacle...

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

En attendant, quoi faire à l'ile Sainte Marie?

eh bien, un tour de l'ile bien sur...mais on est à Mada, ne croyez pas que la route goudronnée fait le tour de l'ile...alors, on repart sur les pistes en 4/4 !

(A savoir... éviter Madagascar en cas de lombalgie..ne pas oublier de passer chez son ostéopathe avant..)

On a le temps de prendre des photos lors des arrets pour passages parfois épineux au niveau desquels le guide répond à la question :

" Est-ce que ça passe, à votre avis ?"

par un

"Ca se tente..."

qui nous fait encore sourire plusieurs mois après..

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

On délaisse ensuite la piste pour une balade en pirogue plus sereine dans la mangrove...

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Avant de déboucher sur la façade océane qui égrène ses longues plages désertes dans une ambiance polynésienne...

Qui nous plonge toujours dans une langueur nostalgique...

Chroniques malgaches (15) : De Tamatave à l'île Sainte Marie

Mais on n'est pas en Polynésie..on est bien à Madagascar et on n'oublie pas que , même dans ces décors enchanteurs, il faut porter le fardeau de la vie quotidienne...

Et ceci dans la dignité et avec le sourire, ce qui, je l'ai déja dit reste une leçon pour les visiteurs qui repartent avec l'idée qu'il faut réfléchir à deux fois avant de se plaindre dans la société occidentale...

Comme disait l'autre...

"Think twice... it's another day for you and me in paradise.."

Allez, Veloma !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 07:58

Pour terminer cette série d'articles sur les lémuriens...

Le Paladium nous a offert une rencontre hors du commun ...

Dans leurs efforts pour acclimater des espèces venue d'un autre territoire de Mada, ils ont réussi à implanter un animal extraordinaire et proposent une sortie nocturne pour l'observer, à ne surtout pas manquer...

Chroniques malgaches (14) : Rencontre avec une créature de la nuit...

L'Aye aye...

Une espèce de lémurien "à part" dont il est le seul représentant, avec la sensation en l'observant que dame nature a eu un moment d'inattention quand l'évolution s'est faite vers lui...

Des oreilles..de chauve souris..des incisives ..de rongeur...une queue ..d'écureuil...et une tête...improbable !

On a longtemps cru qu'il était le plus menacé des primates ..mais la dernière édition du guide des lémuriens de Madagascar est plus renseignée que le guide du Routard (est-ce possible ?) et m'apprend il a une répartition géographique en fait beaucoup plus large que prévue dans l'ile et ne serais pas immédiatement menacé ....

C'est juste que, nocturne et très discret, il est difficile à observer..

Chroniques malgaches (14) : Rencontre avec une créature de la nuit...

Au Paladium, on les a installé sur une ile de la mangrove..et on dispose à la nuit tombée une noix de coco sur la fourche d'un arbre...

Et le gourmand se laisse prendre en photo par les visiteurs pendant sa dégustation, en perçant la noix avec ses incisives, puis en grattant l'intérieur son interminable majeur munie de griffe ...

Bon, on voit qu'il reste aux aguets quand même, mais si on s'assoit à une distance respectable, il termine son dîner tranquillement devant nous...

Et l'observation de cette créature ..décalée est...fascinante

Chroniques malgaches (14) : Rencontre avec une créature de la nuit...

J'avais lu avant de le voir qu'il est l'objet de mythes et légendes chez les différentes ethnies malgaches.. et que, sa présence étant porteuse de mauvaises augures, on le tue quand on l'aperçoit à proximité d'un village...

Et je me disais que ces populations sont bien superstitieuses, mais ...

Il faut bien reconnaitre que... ces longs doigts effilés et graciles... ces incisives proéminentes...ces oreilles évasées et surtout, ce regard étrange ...font ressurgir les images d'un film muet des années 20 ayant définitivement marqué l'imaginaire d'un adolescent impressionnable...

J'ai retrouvé Nosferatu à Madagascar..!

Allez..veloma !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 12:42

La route nationale 2, au terme de sa descente des hautes terres, atteint la côte Est de Madagascar au niveau d'un endroit à ne pas manquer : le canal des Pangalanes...

Et le moment est alors venu de laisser la voiture (de toute façon bien fatiguée de pistes ...houleuses ! ) pour partir en balade en pirogue, vers des lieux inaccessibles par la route..

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Dans cette région humide et marécageuse, en bordure d'une côte offerte à tous les vents des cyclones.. les communications étaient difficiles et l'administration coloniale française a voulu ce canal, voie de commerce parallèle à l'océan...en direction du grand port de Tamatave..

Ce n'est plus maintenant qu'un fragile et étroit trait d'union entre le chapelet de lacs côtiers, parallèle à la côte, envahi par nénuphars et jacinthes d'eau qui ne laissent plus passer avec précaution que quelques pirogues à fond plat .

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Seul moyen d'accès à des villages de pêcheurs isolés ... et à de rares structures touristiques loins de tout... qui sont le but de notre excursion...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Au long du trajet, les confins de l'eau et de la végétation se perdent dans des reflets incertains...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Au terme de la balade, tout au bout d'un grand lac côtier...l'embarcadère d'un endroit isolé du monde...

Même si ce n'est pas l'objet de ce blog de recommander des structures en particulier..si votre chemin vous amenait un jour dans l'Est de Madagascar, ce serait vraiment dommage de manquer le Paladium..

D'une part, éco-lodge ou nous passerons deux jours exceptionnels, logés dans des bungalows noyés dans l'ambiance "Rain Forrest" ou l'on part pour des safaris mémorables à la recherche de nos nouveaux amis, les lémuriens

D'autre part, et surtout, il s'agit d'une réserve qui permet non seulement de rencontrer des espèces locales..mais aussi de nombreuses espèces menacées venues d'autres régions de Mada qu'ils ont réussis à implanter localement ...

pemettant de voir en un seul lieu des espèces normalement distantes de centaines de kms...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Dans le genre "Lemur", nous croiserons le lémur brun, déja rencontré l'an passé dans les forets du Nord..mais aussi il y a 3 ans..à Mayotte ! ou il a été importé par l'homme depuis Mada..

Ici, dans les forets de l'est, il se débrouille tant bien que mal pour rester dans la catégorie "menacée", et non "en danger critique"...

C'est apparemment tout ce que peut souhaiter un lémurien en 2014..

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Le lémur à collier roux , lui, n'est pas d'ici..il vient des forets du sud et a été introduit au Paladium...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Dans un autre genre, les Varis, on retrouve plus loin, l'espiègle Vari noir et blanc déja vu à Andasibe,

Lui, il est bien d'ici...dans les forets de l'Est...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Il cache pudiquement sous ses clowneries qu'il est bien, lui, "en danger critique d'extinction"

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Autres genre, celui des propithèques , ou Sikafas comme on les appelle ici...

Le propithèque de Coquerel, vient de l'ouest de l'ile, bien sage accroché aux branches..d'où il descend parfois...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Et c'est un spectacle fameux de le voir faire des bonds en écartant ses 4 membres dans le but affiché de nous arracher un éclat de rire...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

Et ..surprise..on va retrouver aussi...notre star d'Andasibe qui a pu être introduit ici..

l 'Indri-indri, mais, cette fois, sans torticolis pour le photographe, car ils étaient en plein casse croute à hauteur d'homme et nullement effarouchés par notre présence...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

C'est que, même si l'on a un régime complexe et non reproductible en captivité...on ne s'autorise parfois un écart de régime..et les bananes sont les bienvenues !

Telles sont les belles rencontres d'un "safari-lémurien" dans cet endroit rare qu'est la réserve du Paladium..

Sans compter que la réserve propose en sus, une exploration nocturne pour la chance unique d'observer le plus étrange et sans doutes le plus fascinant des lémuriens..

l'Aye-aye...

Mais il fera l'objet d'un article spécial tant il est ... à part...

Chroniques malgaches (13) : Safari sur le canal des Pangalanes

En attendant voici la fin de cet article, pour dire que bien sur, il n'y a pas que les lémuriens mais également une flore fascinante...

Et je vous laisse avec une plante carnivore, tapie , menaçante, à la surface de l'eau , piège mortel pour insecte imprudent..

Allez...Veloma !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 14:23

La nationale 2, de Tananarive à Tamatave, permet une halte d'exception pour tous ceux qui sont fascinés par les lémuriens..

Le petit village d'Andasibe est la porte d'entrée ou passer la nuit pour accéder à la réserve spéciale d'Analamazaotra, plus connue sous le nom de "Réserve Indri-Indri"

L'Indri, le plus grand des lémuriens, fait partie des 25 espèces de primates les plus menacées au monde, du fait de la disparition , comme pour tous les lémuriens, de son habitat forestier ... progressivement détruit par les cultures sur brulis..

C'est un animal tout à fait fascinant..mais difficile à observer dans l'impénétrable foret humide de l'Est ou il se cache .

De ce fait, la réserve d'Andasibe est un lieu unique d'observation, les naturalistes ayant patiemment (ca prend des années ! ) habitués quelques groupes d'individus à la présence humaine, qu'ils ne fuient plus...ce qui fait qu'on les voir presque à coup sûr...

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Comme pour les safaris en Afrique, il faut être matinal pour être sur place, à l'heure ou cet animal diurne se réveille et commence sa quête de nourriture.

Les premiers rayons du jour sur les rizières sont la récompense pour s'être extirpé du lit dans les frimas de l'hiver austral..

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Un naturaliste qui travaille ici depuis 20 ans connait la réserve par coeur et, heureux de partager sa passion, saura presque à coup sûr, trouver un groupe d'animaux, ..

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

C'est avec l'appareil photo à la verticale, à la limite permanente du torticolis, qu'on découvre l'Indri en haut de la canoppée, d'où il va, à son réveil, commencer le petit déjeuner..

La femelle dominante du groupe détermine dans un ordre très précis, et qui change selon les jours, le menu complexe de la nourriture du jour , une fleur de ceci, puis un fruit de cela..et ainsi de suite..

Ce comportement alimentaire complexe contribue à la fragilité de l'espèce puisque, contrairement à la grande majorité des primates, l'Indri ne peut être élevé en captivité...

Toutes les tentatives ont échouées, se traduisant par le fait..qu'il se laisse mourir de faim en quelques jours, refusant tout ce qu'on lu propose à manger !

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

L'Indri est facilement reconnaissable...non parce qu'il est craquant, les lémuriens le sont tous !

Mais par sa taille, sa couleur qui fait qu'on croit avoir pris la photo en noir et blanc, et surtout..par le fait que, contrairement aux autres lémuriens..il n'a pas de queue ! (ou un embryon caudal..)

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Leur mode de vie est exemplaire pour notre morale judéo-chrétienne puisqu' ils vivent en couple monogame, pour toute la vie !

La vie sociale est sédentaire, faite de petits groupes stables de 5 à 6 individus au territoire particulièrement bien définis, que les naturalistes connaissant sur le bout des doigts, tel chemin marquant le changement de territoire, etc..

Et puis, soudain...à heures presque fixes,une longue plainte puissante et troublante s'élève das la forêt, à laquelle répondent les autres groupes à distance..

Les naturalistes expliquant que c'est un chant territorial..

mais ce cri puissant (on l'entend à 2 ou 3 kms à la ronde..) et plaintif qui ne ressemble à rien d'autre, a quelque chose de profondément émouvant...

Mais ce n'est pas la seule rencontre qu'offre la réserve..

Du fait de leur habitat bien spécifique et de plus en plus morcelé, les lémuriens diffèrent d'une région à l'autre, ce qui est l'assurance de voir des espèces différentes d'un voyage à l'autre..

Ce périple dans l'Est nous fera rencontrer d'autres espèces nouvelles, non vues dans le nord..

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Bien différent, et d'une autre famille, voici l'Hapalemur gris qui ne vit que dans cette région de l'Est.

Nous n'avions jamais vu cette famille...

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Le même, vu de plus près, avec sa drôle de frimousse...

Cette famille des Hapalemurs se caractérise ..par son alimentation faite de bambous ce qui restreint son habitat à des zones bien spécifiques..

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Un peu plus loin...

Le Vari noir et blanc, dont la classification semble faire discuter encore les specialistes, pour parvenir (pour l'instant..) à une espèce.... autonome, mais surtout ... en danger critique d'extinction , présente seulement dans quelques zones éparses de l'Est...

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Comme les autres, il une bonne bouille et ça laisse rêveur d'imaginer qu'il pourrait prochainement disparaitre de la surface de la terre..

Lui, en revanche, s'adapte bien à la captivité et c'est une piste de travail pour la sauvegarde de l'espèce..

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Enfin, tout aussi craquant, une autre espèce de cette réserve ou la facilité d'observation est vraiment très importante, le Propithèque à diadème, encore une autre famille, elle aussi en danger critique d'extinction....

Je sais, je me répète..mais parler des lémuriens c'est parler de ça obligatoirement...

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

La chance veut que dans ce groupe, l'oeil exercé du guide..décèle un bébé accroché solidement à sa mère (il a plutôt intéret ! )

Dès lors, la photo, forcément sympa, s'impose d'elle-même...

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

Et les visiteurs repartiront touchés de cette rencontre avec ces animaux attachants qui ont crus pendant quelques centaines d'années que l'isolement de l'ile les protégerait des prédateurs...

Jusqu'à ce qu'une espèce envahissante bien plus dangereuse encore ne se soucie peut-être que trop tard de leur faire une place a coté d'elle...

Chroniques malgaches (12) : Andasibe, le sanctuaire des lémuriens...

A moins que, comme nous le croyons humblement, et comme cet article voudrait en donner envie...

La rencontre symbolisée par cette dernière photo entre les visiteurs et cette biodiversité étonnante, par le développement de l' écotourisme, ne puisse convaincre le gouvernement malgache de l'interet de sauver le peu de forets qui restent, enrayer l'engrenage d'une disparition programmée et participer à un début d'espoir économique à Madagascar...

Sans parler de contrebalancer la honte du tourisme sexuel qui je le crains reste la motivation prioritaire de bien des occidentaux qui débarquent dans les aéroports...

Les lémuriens...c'est beaucoup plus important qu'il n'y parait..

Allez, veloma !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 12:15

L'isolement géographique de Madagascar explique une biodiversité unique avec un taux incroyable d'éspèces endémiques...dont les lémurens sont l'emblême....mais en fait, il y en a plein !!

Cet article pour partager ma fascination à découvrir les extraordinaires caméléons de l'ile...

Sur la route de Tananarive à Tamatave, on propose aux touristes de passage, une halte à un élevage d'animaux du coin...la ferme Peyreras....

J'étais initialement réservé (si ce n'est que ça fait du bien de se dégourdir les jambes!) d'autant que c'est un endroit réputé pour ses papillons et que nous apprenons en arrivant ce dont nous aurions pu nous douter, à savoir qu'en cette saison d'hiver austral frisquet...les papillons..il faudra revenir !

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Et effectivement au début je n'ai pas trouvé ça original....on nous emmène voir des Tangues, cousins des hérissons que nous avons rencontré au fil de nos ballades à La Réunion...Il est originaire de Mada et il est chou, certes, mais..on le connaissait déja!

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Un peu plus loin...on tombe sur un couple de chauve-souris, qu'on va réveiller...et qui vont poser pour la photo...

Effectivement cet animal est photogénique, mais lui aussi..on le connaissais...

Et puis.....

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Je sus resté en admiration devant tout un aéropage de caméléons tous plus étranges les uns que les autres et semblant nous contempler avec l'air hautain de ceux qui ont traversé les âges...

Comme leurs cousins les iguanes qui font partie du même ordre et qui m'avaient le même effet lors d'un voyage antérieur..il y a des années.. (les enfants s'en souviendront..)

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

A La Réunion, il n'y en a qu'une seule espèce (..venue de Mada, bien sur!) que l'on croise parfois au hasard des ballades en étant très attentif à observer les feuillages car ...pour vivre heureux..vivons caché...

Mais ici, à la ferme de Peyreras...il y en a partout , de sorte que le photographe ne sait plus ou donner de l'objectif !

Pas étonnant ! Il y a plus d'une soixantaine d'espèces dans l'ile, toutes endémiques, qui en font le principal biotope de caméléons du monde ...

Bon...sans faire un cours de SVT, on trouve à Madagascar, 3 genres de caméléons

Je révise dans Wikipédia... : on ne dit pas famille, on dit genre, n'en déplaise à ceux qui ont quelque chose contre la théorie homonyme ;-) (désolé, Christine B. on ne va pas refaire aussi les manuels de SVT...)

- le genre Furcifer (non pas Lucifer, Furcifer !) dont fait par exemple partie celui qui a été importé à La Réunion, Furcifer Pardalis (ou caméléon panthère)

- le genre Calumna, célèbre pour un appendice en forme de cornes dans certaines éspèces

- et le surprenant genre Brookesia, dont la taille peut-être minuscule..avec le plus petit caméléon du monde dans cette famile (2 cms !)

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Je n'ai pas pu (ou pas pris le temps !) de chercher le nom de tous les caméléons que j'ai pris en photo (ça fait 4 heures que j'y suis, quand même!) ...alors je vous propose un petit échantillon de ceux pour les quels j'ai trouvé.

Dans la famille Furcifer, je vous présente Furcifer Oustaleti ( ou caméléon de l'Oustalet, si vous préférez...)

Les Furcifer sont les souvent aperçus dans l'île car, en règle, plus grands des 3 familles (jusqu'à 50 cms) et parce qu'ils sont diurnes et arboricoles.

Ils sont scotchés à leur branche et avancent en dodelinant d'avant en arrière d'une drôle de démarche hésitante...

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

La famille Calumna a des spécimens encore plus étranges..

Voici Calumna Parsonii (ou caméléon de Parson à votre choix..)

C'est un des plus grands des caméléons (jusqu'à 70 cms) avec une tête bien reconnaissable (ou l'on distingue qu'il est en plein casse-croûte !) et ses doigts regroupés en deux appendices préhensibles pour s'accrocher solidement à sa branche

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Calumna brevicorne, un plus petit spécimen des forets humides de l'est, au look dinosaure assumé...

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Et encore plus "space" : Calumna Gallus faisant partie des caléméons à corne dont je parlais plus haut.. au look cette fois carrément venu de nulle part..

Ne se croirait-on pas sur Pandora ?

(comment ? C'est quoi Pandora ? non mais je rêve... il y en a encore qui n'ont pas vu Avatar ?)

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Et enfin le genre Brookesia, dont j'avais déja dit un mot l'année dernière..

Quasi impossible à voir dans la nature, car minuscules bestioles de quelques cms vivant non pas dans les arbres mais dans les feuilles à terre.. et dont on se demande comment ils ont pu franchir la barrière de l'évolution (enfin il est vrai qu'ils ne l'ont pas franchie ailleurs qu' à Mada...)

Et maintenant une petite série déconseillée aux âmes sensibles qui croyaient que les caméléons étaient végétariens :-)

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Face à face à suspense ...

Entre un caméléon à l'heure du repas (c'est à dire quand passe en couple de touriste à qui on propose une photo souvenir !) et un cricket en train de dire ses dernières volontés

(en même temps... vu les ravages qu'ils font ici, sa place est aussi bien dans l'estomac d'un caméléon !)

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges
Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges
Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Eh oui, comme on dit au journal de 20 heures, en en montrant quand même un peu..

Nous avons hésité à vous montrer ces images difficiles, mais nous devions faire notre devoir d'information (et vous empêcher d'aller sur l'autre chaine..)

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Et pour finir, il n'y pas que les caméléons parmi les reptiles bizarres qui n'existent qu'ici..

il y a aussi..les Uroplates !

Etranges bestioles (du même genre que les Geckos) dont je vous avais montré l'an dernier les étonnantes capacités de mimétisme dans les parcs du Nord de l'ile..

Et dont je vous montre 2 autres exemples dont j'ai trouvé le nom sur Google en cherchant bien (eh oui, c'est du boulot !)

Uroplatus phantasticus (si, si ! c'est son nom..on se demande parfois ce que les biologistes ont pris comme produits au moment de nommer une nouvelle espèce ..)

Son mimétisme pour ressembler à un feuille morte est poussé à l'extrême.. : regardez sa queue !!

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Et enfin..l'uroplate de Henkel avec ses droles de pattes à ventouses comme les Geckos et sa queue de castor...

Chroniques malgaches (11) : Espèces venues  du fond des âges

Et soudain, il vous regarde..et..brrrrr..

on comprend pourquoi un des uroplates est appelé uroplate satanique en anglais...

Voila..ainsi s'achève ce cours de SVT en léger différé de Madagascar..

A bientot pour la suite des chroniques..

Veloma !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 13:36

Et voici la saison 2 des chroniques malgaches qui redémarrent pour vous narrer ce deuxième voyage dans la Grande Ile...après un délai de 2 semaines nécessaires pour "atterrir" ...

En effet, ça n'est pas si simple de revenir de Madagascar...se réhabituer à la société de consommation prend un peu de temps... (et je ne parle pas de la réacclimatation à l'hopital public ;-)

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Pour vous remettre en terrain connu, revoici les environs de l'aéroport d'Ivato à coté d'Antananarivo, ou nous avons atterri comme l'an dernier.. avec les rizières transformées en fabriques de briques entre deux récoltes..

(voyons voir... la photo est récente....est-ce qu'on aperçoit Valérie Trierweiller venu se réfugier à Mada, parait-il, en attendant de toucher les premiers dividendes de la rentrée littéraire ?)

Apparemment non....peut-être sur une autre photo plus loin...

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

La nationale 2 qui va dégringoler sur 350 kms à partir des 1400 m d'altitude d'Antananarivo, en direction de Tamatave, est une belle route goudronnée en excellent état, étonnante si l'on se rappelle l'état des routes que nous avons vu au Nord l'an dernier...

C'est que c'est un axe économique majeur, reliant la capitale et le plus grand port du pays avec des files de camions reliant ces deux centres d'activité...quand ils ne sont pas en panne !

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Les Hautes Terres, comme on les appelle, offrent ces paysages typiques de sommets arrondis dénudés, déforestation oblige (on en reparlera au chapitre lémurien..), et de rizières ocres quand elles ne sont pas en eau...

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Les rizières en terrasse sont omniprésentes, le riz étant la base absolue de l'alimentation, avec une pensée immédiate pour le Laos..mais au Laos ..tout était vert...

Tandis qu'ici les arbres ...ils ne sont plus là, et c'est un des drames de Madagascar..

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Les paysans au travail dans les champs de riz, en revanche, semblent une image qui pourrait traverser bien des frontières..

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Les petits villages avec leurs maisons en pisé sont typiques des hauteurs du centre de l'île...

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

La vie est là, au bord des routes, et nous redécouvrons cet autre monde qu'est Mada avec ces cahuttes en briques de terre ou l'on dort et fait la cuisine (bonjour les bronches..), sans chauffage dans le froid de l'hiver des hautes Terres...

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Pendant la longue descente en direction de l'Océan, la route offre de magnifiques panoramas sur ces régions montagneuses ...

On voit très bien sur les collines, les zones de brulis, "prélevées" sur la forêt pour y cultiver le riz selon une technique ancestrale, mais dévoreuse de bois : les cultures sur brulis devant changer de terrain régulièrement, alors que ...pour qu'un arbre repousse...vous m'avez compris...

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Beaucoup plus bas..et bien des kilomètres plus loin, le paysage sera tout autre avec le règne sans partage du Ravenale, l'arbre du voyageur, emblème de Madagascar qui "fait" le spectacle dans le paysage

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Dans un premier temps il se prête à la carte postale de tout l'Est humide de l'ile ..

Pardon ? Et les les baobabs?

Et bien...ce n'est pas là !

Il faut aller dans des zones beaucoup plus sèches à l'ouest et au Sud... ça sera pour un autre voyage ;-)

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Du coup, autre géographie, autre habitat ...

Les maisons sont faites..avec l'arbre du voyageur !

Des tiges des murs et du revêtement du plancher, aux feuilles du toit...c'est lui qui fournit tout !

Et puis au prochain cyclone (qui frappent de plein fouet cette zone Est de l'île..), lorsque la maison s'envole...on refait une autre maison avec d'autres arbres du voyageur..

Et oui..c'est comme ça ici ....

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Dans cette région arrosée abondamment (nous le verrons plus tard..) les rivières ne manquent pas..

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Les rivières offrent des scènes de vie traditionnelles..comme ici..

ou parfois , plus surprenantes...

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

A l'abri,dans un endroit discret...un chercheur d'or ..!

Et oui, comme au Laos, il y a aussi des orpailleurs à Madagascar..

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Et puis de temps à autre, la route se faufile dans le dédale de la vie d'une petite bourgade comme ici à Brickavile...ou il ne faut pas être pressé pour circuler !

Ca donne le temps de prendre des clichés de vie..

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Dans le Nord, on avait vu beaucoup de charettes à zébus.;

ici, c'est sans aide aucune qu'il faut trimer pour transporter les marchandises qu'on emmène en ville..

Soit dans ces sortes de pousse-pousse..

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Soit dans ces chariots de fortune à roulettes , poussés à la force du poignet par ceux qui ne sont bien souvent encore que des gosses....

Ici, l'école...c'est obligatoire...en théorie !

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Le supermarché est en plein air avec ses différents rayons....

Le rayon boucherie ...

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Mais aussi le rayon fruits et légumes...

pour faire interactif..devinez quel est le gros fruit marron aux pieds de la dame assise..( la première réponse recevra une photo dédicacée de moi ou Marianne avec un lémurien ..)

Chroniques malgaches (10) : Cap à l'Est sur la nationale 2.....

Sans oublier le rayon paniers à la fin pour emporter ses courses...

Je plaisante..mais c'est pour masquer que c'est dur en rentrant de se replonger dans nos supermarchés aux étalages obscènes quand on repense à ces images ou le moindre régime de bananes est un objet de valeur..

Madagascar, cette année, comme l'an dernier, c'est une leçon qu'on ramène avec soi pour relativiser à quel point, dans notre société de consommation, on est "prisonnier de l'inutile" comme disait Gérard Manset...

Allez, c'est tout pour aujourd'hui..!
Ne manquez pas la suite de la saison 2 des chroniques malgaches à venir sur ce blog ... et nulle part ailleurs !!

Au programme, de cette saison : des reptiles féroces...des lémuriens craquants... des baleines joueuses..et les paysages ...polynésiens... de l'Ile Sainte Marie !

Veloma !

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 14:51

Les chroniques de notre voyage étant terminées, je ne peux pas rester sur des images de jolies photos et de coucher de soleil...

Que dire de notre point de vue de privilégié sur ce qu'on peut voir dans un des pays les plus pauvres du monde...pour trouver les mots justes entre sentiment de révolte, de désarroi, d'impuissance, de culpabilité aussi...

En fait je ferai simple en racontant une petite histoire de Nosy Be..

A Nosy Be, jusqu'à il y a quelques années, la principale activité économique était la canne à sucre, jusqu'à ce que pour des raisons que je ne connais pas la société qui l'exploitait fasse faillite..

L'ile s'est alors tournée vers l'exploitation de l'Ylang Ylang, dont j'ai déja parlé au sujet de Mayotte, produit recherché par l'industrie du parfum...

Et des champs entiers d'Ylang Ylang recouvrent maintenant une partie de l'ile..

Un moyen pour les habitants de sortir de la pauvreté ?

Eh bien, dans un monde juste, peut-être..

Petite histoire malgache...

Nous sommes allés visiter la distillerie de l'ile, en prenant en photo de beaux alambics en cuivre après avoir remarqué à l'entrée une plaque avec une photo de Gandhi et une citation du grand homme : "Vis ta vie comme si ce jour était le dernier"..

Que fait une citation de Ghandi ici à Madagascar ? ai-je demandé..

Eh bien les propriétaires de la distillerie sont de riches commerçant d'origine indienne, que les malgaches appellent les Karanes, qui vivent en France et dont on nous a expliqué qu'ils avaient obtenu le monopole de la distillation dans l'ile (en dehors de petits alambics familiaux)..

Bon...soit...

Mais regardons mieux la photo précédente...et un petit zoom avec Photoshop en bas à droite...

Petite histoire malgache...

La distillerie est alimentée par les familles de la brousse qui ramassent une par une les fleurs d'Ylang Ylang pour remplir des sacs que ces femmes apportent à pied ou en charrettes pour les vendre à la distillerie...

Pas le choix, il n'y en qu'une ..

Alors que font les propriétaires vivant à 10000 kms en temps de crise pour maintenir leurs marges alors qu'ils sont en situation de monopole, tout en ayant le front d'afficher une citation de Gandhi à l'entrée de leur usine ?

Eh bien depuis un an, le prix d'achat de sacs de fleurs a été divisé...pratiquement par dix..!!

Oui, vous avez bien lu..par dix ...!

Et je ne peux trouver les mots en pensant à ces femmes aux yeux vides dont le seul avenir est d'avancer courbée sous le poids de leur fardeau un jour de plus pour que leurs familles ne meurent pas de faim..et qu'on paye un salaire confinant à une aumône confortablement installé à 10000 kms de là..

Je sais bien que tout n'est pas drole en tant de crise dans nos sociétés occidentales..mais en 2013, les Damnés de la Terre...ils sont bien à Madagascar et ce sont ces femmes qu'on exploite de la façon la plus indigne...

La misère ce n'est pas une fatalité....c'est une honte..

Il faut vivre avec ça en revenant de Madagascar..et notre cher vieux Guide du Routard l'a bien compris qui a un chapitre entier d'ONG à conseiller aux voyageurs rentrant bouleversés de leurs visions d'un des pays les plus pauvres du monde..

Bien sur, comme dans la chanson, ca ne peut etre qu'une goutte d'eau dans la mer..

mais comme disait une autre citation du Mahatma Gandhi :

" Ce que tu feras ne peut etre que dérisoire..mais il est très important que tu le fasses..."

Repost 0
Published by olivier et marianne - dans Madagascar
commenter cet article